Démocratie défis sécuritaire, progrès économique et social : Les élus du peuple mènent la réflexion

« Démocratie défis sécuritaire, progrès économique et social », c’est autour de ce thème que les députés ont mené la réflexion ce jeudi 11 avril 2019, lors de la conférence publique organisée par commission de la défense et de la sécurité (CODES). L’objectif visé est de créer un espace de discussion en vue de permettre aux parlementaires et à l’ensemble des participants de cerner l’interdépendance de la paix ; des droits de l’homme, de la sécurité et du développement.
Mon pays saigne, il souffre. C’est une réalité et ce n’est pas le conseiller technique sénior du Programme commun d’appuis à l’assemble national du Burkina (PROCAB), responsable du centre parlementaire canadien Rasheed Draman qui dira le contraire surtout quand lui-même déclare : « aujourd’hui, s’il y a une situation qui préoccupe les citoyens du Burkina Faso, c’est la détérioration de la situation en matière de sécurité dans le pays ». C’est dire que la crise sécuritaire que traverse le Burkina Faso est inquiétante. C’est aussi une réalité et c’est ensemble que nous allons vaincre le mal. Les députés en sont convaincus, c’est pour cela qu’ils n’hésitent pas à apporter leur contribution à l’effort de guerre. A travers la commission de la défense et de la sécurité (CODES), ils ont organisé une conférence publique qui a eu lieu ce jeudi 11 avril 2019 à Ouagadougou. Le thème choisi est : « Démocratie défis sécuritaire, progrès économique et social ».
L’objectif global de cette conférence, à en croire le président de la CODES, Alitou Sanfo est de créer un espace de discussion en vue de permettre aux parlementaires et à l’ensemble des participants de cerner l’interdépendance de la paix ; des droits de l’homme, de la sécurité et du développement. De façon spécifique, il estime qu’elle vise aussi à informer les Burkinabè sur la nécessité de leur implication dans la sécurité, à montrer la corrélation que l’on peut établir entre la sécurité, progrès économique et social dans un contexte de démocratie. Abondant dans le même sens, le responsable du Centre parlementaire canadien Rasheed Draman, estime que la conférence va permettre d’évaluer les défis sécuritaires dans un contexte de démocratie. Inquiet de la situation sécuritaire du pays, il pense que si la détérioration des défis de sécurité n’est pas traitée de manière exhaustive, elle aura des conséquences désastreuses non seulement pour le Burkina Faso, mais aussi pourraient conduire à l’intensification d’un conflit régional déjà complexe. Le 5e vice-président de l’Assemblée nationale, Abdoulaye Mossé qui a présidé la cérémonie d’ouverture de la conférence publique partageant sa position, affirme que la recrudescence des attaques terroristes nécessite de repenser le processus de lutte contre le terrorisme. Selon lui, cela ne saura se faire que dans une approche holistique qui prend en compte le développement, la bonne gouvernance, les droits humains et la sécurité. Se référant donc au thème, il estime qu’il est d’une utilité évidente. Tout en souhaitant de fructueux échanges aux participants, il dit ne pas douter qu’ils leur permettront d’émettre des préoccupations et de faire des contributions pertinentes.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *