3e édition du Salon du Droit 2017 : Plusieurs innovations en ligne de mire

L’Association Droit, Liberté et Démocratie (ADLD) en collaboration avec le journal « Le chemin du droit », a tenu un point de presse ce samedi 4 novembre 2017 à Ouagadougou. Cette conférence avait pour but de décliner les différentes articulations de la 3è édition du Salon du Droit 2017 qui se tiendra du 30 novembre au 3 décembre prochain à l’espace vide de la place de la Mairie de Bogodogo, Ouagadougou.

Le traitement professionnel de l’information liée aux questions de justice, la perfection des connaissances en matière des droits humains, sont entre autres les raisons qui ont motivées la tenue de cette présente édition du Salon du droit, articulée autour du thème : « Médias et Droits humains ».

Dieudonné Lankoandé, président du comité d’organisation

Cette 3e édition se tiendra du 30 novembre au 3 décembre prochain, à l’espace vide de la mairie de Bogodogo. Dieudonné Lankoandé, président du comité d’organisation du salon du Droit, a, au cours de cette conférence de presse, expliqué les raisons qui ont motivé le choix du thème de cette 3e édition.

Pour lui, le choix du thème s’inscrit dans une dynamique de perfection des connaissances des journalistes en particulier et des populations en générale, en matière de Justice et ou de droits humains, dans un contexte national plus que jamais marqué par un intérêt des burkinabè axé sur le fonctionnement de la justice d’une part et une méfiance des justiciables des décisions de justice, d’autre part.

Le organisateurs disent compter sur l’accompagnement de leurs partenaires sur le soutien de tous pour que cette édition soit un succès.

Au programme de cette manifestation, il y aura une expositions-ventes de produits et services liés au Droit, des consultations juridiques gratuites avec entre autres, des notaires, des huissiers de justice, des avocats et des juristes. Un concours de plaidoirie sera organisé pour les étudiants en Droit de niveau Licence et de Master, en plus des communications.

Cette 3è édition connaitra également la tenue d’une session de renforcement des capacités au profit des hommes des médias sur l’organisation et le fonctionnement du système judiciaire burkinabè et international. Des projections cinématographiques aussi feront partie des innovations.

A entendre les conférenciers, le salon est ouvert à tous. Il est aussi, selon eux, un espace de réflexions et d’affaires dédiées aux personnes physiques et morales afin de partager les meilleurs pratiques et débattre des problématiques urgentes liées à la justice de façon générale et aussi de nouer des relations.

Pour Dieudonné Lankoandé et ses camarades, le salon se veut un carrefour des populations et des professionnels du Droit, tous engagés, responsables pour la paix et la stabilité du Burkina, et cela, dans le dessein de promouvoir la participation citoyenne de la jeunesse à la bonne gouvernance et à la consolidation de l’Etat de Droit.

Le comité scientifique du salon est composé d’Avocats, de juristes, et de journaliste. Cette édition sera présidée par le Ministre actuel de la Justice, de la Promotion civique et des Droits Humains, René B. Bagoro.
Pour magnifier les acteurs et les métiers du Droits, la nuit du juriste viendra couronner le salon.

Alida TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *