Syndicalisme et développement social en Afrique : Le CARES, un outil efficace pour la recherche dans les domaines des politiques économiques et sociales

Les responsables des organisations syndicales membres du Comité d’analyse et de recherche syndicale (CARES) ont procédé à l’ouverture d’un forum portant sur le thème « Protection sociale te gouvernance budgétaire au Burkina Faso ce samedi 7 décembre 2019 à Ouagadougou. Ce fut l’occasion pour la Coordinatrice nationale du comité Belomi KY de présenter sa structure au grand public.

A la sortie de son second congrès, tenu à Johannesburg en novembre 2011, les participants ont recommandé à l’organisation régionale africaine de la Confédération Syndicale Internationale (CSI-Afrique de soutenir les organisations syndicales d’Afrique francophone en matière de recherche dans les domaines des politiques économiques et sociales.

Faisant suite à cette recommandation, des Comité d’analyse et de recherche syndicale (CARES) ont été mis en place dans huit pays de l’Afrique de l’ouest que sont le Benin, le Burkina Faso, la CVôte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Ces CARES-Nationaux sont supervisés par une coordination régionale qui est basée au siège de la CSI-Afrique à Lomé au Togo et une coordination nationale dans chaque pays.

Le CARES-Burkina, composé d’experts des quatre centrales syndicales affiliées à la CSI-Afrique que sont la CNTB, la CSB, l’ONSL, et l’USTB, a vu le jour en 2012 et comptait à l’époque huit (08) membres. Cependant, au vue de l’importance de la mission qui lui est confiée a nécessité l’ouverture du CARES à huit (08) nouveaux experts, faisant ainsi passer son effectif à seize (16) membres dont huit femmes et huit hommes.

Le CARES6 Burkina se veut être un outil pour les centrales syndicales poursuit les missions suivantes :

La recherche et la production syndicale en matière économique et sociale (documents de position, d’analyse et de proposition) ; la production d’outils de vulgarisation et de plaidoyer ; la contribution à la préparation des activités du projet (formations, forums, campagnes, débats, plaidoyer) ; le relais au sein des organisations bénéficiaires.

Le CARES a identifié trois priorités au niveau régional sur lesquels il a mené des études. Ce sont « Etendre la protection sociale aux travailleuses et travailleurs de l’économie informelle dans les pays francophones de la CEDEAO », (Priorité1) ; « Travailler à l’amélioration de la gouvernance budgétaire dans les pays francophones de la CEDEAO et de l’UEMOA », (Priorité2) ; « Promouvoir la responsabilité sociale des entreprises et des droits des travailleurs dans les multinationales dans les pays de la CEDEAO et de l’UEMOA », (Priorité3). Cette investigation a visé la recherche et l’analyse des informations sur les filiales des entreprises multinationales au Burkina Faso ; l’établissement d’une cartographie de ses filiales, par secteur d’activité ; l’état des lieux des Accords-cadres mondiaux signés par les entreprises multinationales et les Fédérations syndicales internationales ; l’identification d’une présence ou non de syndicats dans ces filiales.

Il est également important de souligner que chaque année le CARES produit un papier de position sur les budgets de l’Etat, notamment ceux de 2018 et 2019.

Le syndicat doit désormais jouer sa partition non seulement en tant que partenaire en matière économique et sociale mais aussi comme promoteur du dialogue social, en produisant des supports de référence contenant des propositions pertinentes suit à des recherches. Tel est le credo du CARES-Burkina et le cheval de bataille de l’intersyndicale des affiliées à la CSI-Afrique.

 Bessy François SENI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *