Adoption de la loi portant modification du code pénal : un recul démocratique selon des acteurs des médias

L’Assemblée Nationale (AN) réunit en session extraordinaire ce vendredi 21 juin 2019 a adoptée le projet de loi portant modification du code pénal du Burkina Faso. Pour certains acteurs des médias, contestataires de ce projet, son adoption est un recul démocratique.

Le gouvernement burkinabè a soumis un projet de loi à l’AN pour modifier son code pénal en vue de renforcer son dispositif pénal en matière de communication liée au terrorisme.

Ce projet qui a été rejeté par l’opposition politique et par des acteurs de la presse et des droits de l’homme a été adopté dans cet après-midi à 103 voix pour et 7 contre.
Les députés de l’opposition reprochent au gouvernement de n’avoir pas donné le temps nécessaire aux différentes parties pour examiner le projet avant qu’il ne soit soumis au vote. Ce qui les amènera à quitter la salle avant l’adoption de cette loi.

La presse elle de son côté affirme n’avoir pas été associée à l’élaboration du projet et dénonce du même coup un recul démocratique.
De son côté, le gouvernement assure avoir suivi toutes les démarches légales dans la procédure de l’élaboration de ce projet et rassure les journalistes que cette loi n’est en rien attentatoire à la liberté de la presse.

L’opposition politique elle n’entend pas jeter l’éponge si facilement. Dans les jours à venir, elle rencontrera les médias pour en discuter.

Ahmed CISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *