Lutte contre le terrorisme : Issaka Sourwema et ses camarades apportent leur contribution

C’est ce samedi 6 avril 2019, que le président de l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI), Issaka Sourwema a procédé au lancement officiel des activités que compte mener l’association qu’il a créée dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Il est catégorique, si on y prend garde, la crise sécuritaire peut transformer les défis politiques, économiques et sociaux actuels de la société burkinabè en crises multiformes susceptibles de s’inscrire dans la durée.

Mon pays va mal, ma nation est souffrante. Le Burkina Faso est confronté depuis près de quatre années déjà à des attaques terroristes. Il est donc urgent de réagir afin de mettre fin à cette situation malheureuse. Pour cela, chaque fils et fille du pays des Hommes intègres est appelé à apporter sa contribution. C’est ce que fait Issaka Sourwema en créant l’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI). En sa qualité de ladite association, il estime qu’il est donc urgent de réagir car la situation est extrêmement grave. Il déclare à cet effet : « si on y prend garde, la crise sécuritaire peut transformer les défis politiques, économiques et sociaux actuels de la société burkinabè en crises multiformes susceptibles de s’inscrire dans la durée ». On peut le dire sans risque de se tromper que l’heure est grave. Face donc aux défis de l’heure que sont le terrorisme et les conflits intra et intercommunautaires, l’ATR/DI estiment que les réponses devront contribuer davantage les aspects militaires, judiciaires, économiques et traditionnels. C’est donc en homme avertis, qu’il a créé l’ATR/DI, qui se fixe pour objectif cardinal la promotion de la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux ; qui d’après lui, sont les ingrédients nécessaires à la concorde et à la paix au sein des nations et entre les Etats. Parlant d’objectifs, il est revenu sur ceux spécifiques qui sont : promouvoir les préceptes religieux des différentes confessions préconisant la tolérance ; inciter les Burkinabè à la cohésion et le brassage entre les religions et les religieux au Burkina Faso ; encourager la cohésion et le brassage entre les religions et les religieux au Burkina Faso ; servir de tribune pour une plus grande connaissance des religions minoritaires ; enfin, renforcer la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux au Burkina Faso.
Pour l’atteinte des objectifs précités, l’ATR/DI a décidé de rassembler large. Elle compte en effet en son sein, toutes les confessions religieuses reconnues par l’Etat burkinabè. Ce sont par ordre alphabétique, le catholicisme, la foi baha’ie, l’islam, le mouvement raélien, le protestantisme, la religion traditionnelle.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *