Pour avoir été répudiée, une droguée menaçait de tuer son ex

FK n’est pas une femme comme les autres. Elle passe le plus clair de son temps dans les fumoirs. Son mari qui s’en est rendu compte, a tout simplement décidé de se séparer d’elle. En partant de la maison, elle y emmène l’enfant de 5 ans qu’ils ont eu. Mais l’homme, qui n’entant pas laisser son enfant dans les mains d’une droguée, fait des mains et des pieds pour le récupérer. Elle, a son tour, veut avoir l’enfant avec elle. Elle se rend donc au domicile de son ex, armée d’un couteau. L’homme va porter plainte contre elle. Déférée devant le parquet, elle comparait devant le juge le lundi 22 août dernier.

  • On s’est disputé. A part ça, c’est fini, dit-elle au juge.
  • Et c’est pour cela que vous êtes ici ? Vous ne savez pas ce vous avez fait ? Vous ne fumez pas la drogue ? demande le juge.
  • Non, répond-elle.
  • Voulez vous que je lise vos déclarations ? lui dit le juge, surpris par le comportement de la prévenue à la barre.

Le juge lui rappelle qu’elle était en couple avec le plaignant. Mais étant accro à la drogue, son homme l’a rejetée.

Vous êtes venue lui réclamer l’enfant. Et comme vous prenez la drogue, il a refusé de vous le donner, vous avez pris un couteau contre lui, poursuit le juge.

  • Je ne prends pas la drogue, soutient la prévenue.
  • Vous êtes allez l’attendre chez lui pour dire que s’il ne donne pas l’enfant, vous allez le tuer. Il a eu peur de rentrer chez lui, réplique le juge qui lui fait savoir qu’elle aurait dû voir le juge des tutelles au lieu de menacer son ex. Quand au procureur, il pense que les violences et voies de fait sont établis à l’encontre de la prévenue. Pour cela, il a requit 6 mois de prison assorti de sursis et à une amende de 50 000 francs.
  • Votre dernier mot, lui dit le juge.
  • Je vais l’enfermer aussi, répond la droguée.
  • Vous êtes juge ?, demande le juge surpris de la réaction de FK. C’est à croire qu’elle n’est pas prête à changer. D’ailleurs, elle continuait à parler pendant que le juge consultait ses collègues juges pour décider de son sort.
  • Taisez-vous là-bas ? Vous vous croyez dans un fumoir ?, dit le juge avant de la condamner à 3 mois prison ferme et à 50 000 francs d’amende.

Quant au plaignant, il a brillé par son absence. La prévenue n’a donc pas été condamnée à payer des dommages et intérêts.

Dieudonné LANKOANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *