Documentation et de répartition des droits en art plastique et graphique : des artistes peintres outillés pour faire face à d’éventuelles difficultés dans le domaine

Les locaux du Bureau Burkinabè des Droits d’Auteurs (BBDA) ont abrité une rencontre d’échange sur le processus de la documentation et répartition des droits au profit des artistes œuvrant dans le domaine de l’art graphique et plastique. Cette rencontre qui a débuté ce mardi 19 novembre 2019 sera axée des modules de formation comme la création d’oeuvres arts graphiques, l’abstraction et la stylisation, le processus de documentation des membres et des œuvres dans le domaine de l’art graphique et plastique et enfin les techniques de répartition des droits dans le domaine de l’art graphique et plastique.    

Selon le directeur général du BBDA, Walib Bara,  “les arts graphiques et plastiques sont les premiers des arts . C’est un domaine qui est très pointu. Il nous faut des personnes d’une expertise et d’une probité à n’en point douter si nous souhaitons avoir des déclarations qui souffrent moins de contestations“. C’est ce qui a justifié la mise place de la commission d’identification au niveau des arts graphiques et plastiques aux dires du premier responsable de la maison des droits d’auteurs. Pour le directeur général, cette commission fait un travail remarquable depuis sa mise en place.  “L’idée c’est de travailler dans une démarche inclusive et participative“, a-t-il précisé.

Christophe Sawadogo artiste  peintre, explique que cette rencontre va permettre aux différents acteurs d’échanger entre collègues artistes autour des notions d’abstraction, de stylisation dans la création. “Depuis l’antiquité et les temps préhistoriques les gravures rupestres et les représentations figuratives rythmaient les créations. En 1910, un peintre allemand d’origine russe arriva avec une œuvre qui va profondément bouleverser les représentations que l’on fait du beau. Il a alors travaillé a introduire dans les différentes représentations artistiques la notion d’art abstrait“, explique Christophe Sawadogo et d’ajouter que “l’abstraction et la stylisation seront au menu de cette formation”. Il a par ailleurs ajouté que cette formation est dictée par le fait qu’il y a un besoin réel pour les différents artistes plasticiens de savoir comment s’aligner pour perfectionner leurs œuvres. “Certains artistes ne maîtrisent pas la notion d’abstraction d’où l’enjeu d’une telle formation“, conclu t’il.

Bessy François SENI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *