Intégration économique de l’espace CEDEAO : Les parlementaires passent le TEC à la loupe

La commission mixte du parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a débuté les travaux entrant dans le cadre de la réunion délocalisée de la commission le 29 novembre 2016. Cette réunion se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2016 à Ouagadougou. Elle aura pour objectif de permettre aux parlementaires communautaires de s’approprier la mise en œuvre du Tarif extérieur commun (TEC) pour un suivi régulier des actions menées par l’exécutif.

Entré en vigueur depuis janvier 2015, le Tarif extérieur commun est un nouveau tarif que les 15 Etats membres ont mis en place pour contribuer au renforcement de l’intégration au sein de l’espace CEDEAO. Il vise à permettre une taxation uniforme des produits importés des Etats membres de la communauté en vue d’assurer la libre circulation des biens et de développer le commerce intracommunautaire à en croire le président du parlement de la CEDEAO, Moustapha Cissé Lo. C’est dans l’optique de connaitre l’impact du TEC sur les économies des Etats membres et de s’assurer que les populations profitent de ses avantages que la présente réunion se tient. Placée sous le thème : « l’impact de l’adoption du Tarif extérieur commun sur les économies des Etats membres de la CEDEAO-Rôle des parlementaires dans le suivi de la mise en œuvre du TEC ». Cette réunion permettra aux parlementaires, représentants du peuple, de s’approprier le TEC et de mieux connaitre ses implications selon le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. A l’issue de ces 5 jours de travaux, le parlement de la CEDEAO sera situé quant à son implication dans le suivi et la mise en œuvre du TEC. Pour M. Lo, les experts devront permettre aux parlementaires de lever le voile sur le TEC. « Vous devez tout dire et tout expliquer sur le TEC, ses avantages et ses inconvénients, ses conséquences positives et négatives, en somme ses conséquences sur les économies des Etats membres », a-t-il indiqué. En tout 4 commissions permanentes du parlement, soit une quarantaine de membres prendront part aux travaux. A entendre le président de la commission mixte, Ibrahima Baba Sall, les parlementaires auront le devoir de débattre et de réfléchir afin de mieux cerner et d’asseoir leur méthode d’implication et de suivi de mise en œuvre du TEC. Pour le développement du thème principal et ses conséquences par rapport à d’autres programmes, des sous-thèmes seront également présentés. On peut citer entre autres le tarif extérieur commun : contenu et structure du TEC-mécanismes de suivi de mise en œuvre-mesures d’accompagnement et de protection des Etats membres et des conséquences de l’adoption du TEC sur les recettes budgétaires de l’Etat ; impact du TEC sur les entreprises du Burkina Faso. Pour finir, Salifou Diallo a exhorté les deux Etats qui n’ont pas encore adopté le TEC à le ratifier pour que sa mise en œuvre soit couronnée de succès.

Par Tom Aristide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *