Mémorial de Thomas Sankara : Le top départ de la souscription est donnée

La campagne de souscription pour la construction du mémorial de Thomas Sankara initiée par le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIMTS) a démarré le lundi 2 octobre 2017 à Ouagadougou. C’était au cours d’une cérémonie où le président du comité d’organisation de la construction du mémorial, le colonel Bernard Sanou et le parrain de la campagne John Jerry Rawlings ont rendu hommage au charismatique capitaine Sankara.

Le capitaine Thomas Sakara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse burkinabè ou même africaine en lutte. Il s’agit d’un homme qui va marquer l’histoire de son pays et de l’Afrique, travers des actes forts qu’il a posé étant à la tête du pays des hommes intègres. Trente ans après son assassinat, ils sont des millions à travers le monde à œuvrer afin que sa mémoire ne disparaisse jamais. Le mémorial en sa mémoire dont la construction est voulue par des OSC au Burkina Faso et à l’international est un exemple palpable. Pour que ce projet devienne réalité, l’association, Comité international mémorial Thomas Sankara (CIMTS) en charge de la construction dudit mémorial a procédé au lancement officiel de la campagne de souscription pour ladite construction ce lundi 2 octobre 2017. Le président dudit comité le colonel Bernard Sanou justifie une telle initiative par la volonté de fédérer plusieurs initiatives à travers le monde et visant à honorer et à promouvoir la pensée positive et les actions de la révolution populaire de 1983 sous le leadership du président Thomas Sankara. Le parrain de la campagne John Jerry Rawlings épouse cette justification donnée par le président du comité d’organisation. Il rappelle lui que Thomas Sankara est un leader qui inspirait parce qu’il travaillait en union avec le peuple et pour le bien du peuple. Le colonel Bernard Sanou confie que le CIMTS est une organisation de la société civile qui s‘est donnée pour mission la préservation, la protection et la sauvegarde de l’idéal de Thomas Sankara. Construire donc ce mémorial serait l’accomplissement d’une partie de cette mission que le comité s’est assigné a-t-il soutenu. Si le colonel Bernard Sanou reconnait qu’il s’agit là d’une œuvre ambitieuse et gigantesque, il estime qu’il représente un défi qui mérite d’être relevé. Pour le relever donc, il dit faire confiance au peuple burkinabè comme international, aux héritiers du message du père de la révolution, aux amis et défenseurs de son idéal, afin de mener ledit projet à bon port et à son terme au profit de générations présentes et à venir.
Pour le parrain de la campagne de souscription, l’ancien président du Ghana John Jerry Rawlings, le lancement de cette campagne est le point culminant des efforts non seulement de l’équipe du projet, mais de chaque des Burkinabè. Tout en saluant la mémoire de celui que le Bernard Sanou appelle « Gringo », il a salué le courage du peuple burkinabè qui s’est battu pour sa liberté il y a trois ans de cela. L’ex-président ghanéen a rappelé aux autorités burkinabè que le pouvoir qu’elles détiennent aujourd’hui est une arme qui doit être utilisée pour faire le bien pour le peuple. A l’en croire, le pouvoir à la capacité de corrompre et c’est donc la responsabilité de chaque burkinabè de s’assurer que le voyage qui a commencé en 2014, la révolution menée, le message envoyé au reste du peuple du monde ne soit pas érodé parce que certains s’éloignent du but a-t-il soutenu. Grand défenseur de la mémoire de « Thom Sank » comme certain l’appel affectueusement, le parrain a rappelé au peuple burkinabè que le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et son équipe n’auront du succès que s’ils leur donnent des conseils et leur font des critiques constructifs.
Il faut rappeler que pour la campagne qui a été lancée, le président du Faso et le parrain ont été les premiers à avoir procédé à la souscription. Ils ont été suivis par les présidents d’institutions, les membres du gouvernement. Pour la construction du mémorial, le comité espère rassembler la somme d’un milliard de francs CFA. Déjà le Niger est le premier pays à avoir rassemblé un million de francs CFA

 Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *