« Koglweogo Land » : Une immersion dans l’univers des groupes d’auto défense

L’Association Semfilms a présenté au public burkinabè son nouveau film documentaire intitulé « Koglweogo Land », le vendredi 6 octobre 2017. Projeté au ciné Neerwaya, le documentaire a mis en exergue le mode de fonctionnement de ces groupes d’auto défense, leur vécu au quotidien.

« Koglweogo Land », c’est le nouveau joyau de l’Association Semfilms. Il s’agit en effet d’un film documentaire qui trace la vie, le fonctionnement des groupes d’auto défense communément appelés Koglwego. Durant deux ans, les réalisateurs Ismaël Compaoré et Luc Damiba vont suivre les Koglweogo à travers 15 localités reparties en sept régions du Burkina Faso afin de produire le documentaire qui a duré 76 minutes 33 secondes. Projeté au ciné Neerwaya ce vendredi 6 octobre 2017, le film est revenu sur la vie de ces hommes qui ce sont organisés pour protéger les populations du Burkina Faso au péril de leur vie. Témoignage de certains Koglweogo ; de certains braqueurs qui sont tombés dans les filets de ces derniers ; de certaines victimes des bandits ; de certaines victimes des Koglweogo qui se sont avérées innocentes par la suite ; les sévices corporels ; les amendes prélevées par les Koglweogo ; l’organisation de ces groupes ; leurs acquis et leurs dérives ; des manifestations pros et antis Koglweogo ; la vengeance des braqueurs ; la riposte des groupes d’auto défense ; etc. sont autant de séquences qui ont constitué ce film documentaire qui sera projeté au ciné Neerwaya du 16 au 29 octobre 2017 aux séances de 18 heures 30 minutes, 20 heures 30 minutes et 22 heures 30 minutes. Pour sa promotion, le film sera également projeté dans certaines villes telles que Bobo-Dioulasso ; Fada N’Gourma ; Dori dans le cadre du ciné club de l’Association Semfilms, sans oublier des diffusions prévues par l’Union européenne à parti du 17 octobre 2017. Cette information a été donnée par le réalisateur Ismaël Compaoré. Il a confié que mis a part des tournées que l’équipe qui a fait de ce projet de documentaire une réalité fera dans des festivals en Europe, elle sera également à Paris du 21 au 22 novembre 2017 pour un séminaire sur la sécurité.
Le réalisateur souligne que pour la réalisation du documentaire, une dizaine de techniciens a été mobilisée. Pour ce qui est des questions financières, il a rassuré que le film a été tourné sur fond propre de l’Association Semfilms et de ses partenaires.
Il est important de rappeler que les Koglweogo, sont des groupes d’auto défense opérants dans plusieurs localités du Burkina Faso ils sont spécialisés dans la traque des voleurs et autres bandits de grands chemins. Si on se réfère au documentaire, certains ont même interpellé des djiadistes qu’ils ont remis aux forces de sécurités et de défense. Ces dernières années, les populations subissent de braquages sur les routes, dans les marchés voir dans leurs domiciles. Ceci n’est pas sans conséquence car certaines victimes ont perdu la vie en témoigne cette statistique qui fait état de 22 morts par balle dans la province de la Gnangnan entre 2005 et 2007. L’information a été fournie par un représentant des Koglweogo dans le documentaire. C’est pour venir donc à bout de cette situation que ces groupes d’auto défense sont nés. Malgré les controverses qui alimentent leur quotidien, ils jouissent d’une légitimité auprès des populations rurales et aident les forces de défense et de sécurité dans leur mission de protection des personnes et des biens. Ce constat est ressorti dans ce documentaire qui mérite d’être suivi à tout prix.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *