Lutte anti-fraude : Environs 42 tonnes de farine avariée saisies

L’Autorité nationale de lutte contre la fraude (ANLF) a mis la main sur 837 sacs de 50 kilogrammes de farine. Le butin, saisi le 12 septembre dernier, a été présenté à la presse ce mardi 25 septembre 2018 par les responsables de la structure.

C’est une véritable action de salubrité publique que viennent d’accomplir les agents de l’Autorité nationale de lutte contre la fraude (ANLF). En effet, dans la journée du 12 septembre dernier, ils ont mis le grappin sur 837 sacs de 50 kg contenant de la farine impropre à la consommation. Soit 41, 850 tonnes de farine. De marques « Le Trésor » et « Al Badr » à l’origine, la farine avait été reconditionnée dans des sacs estampillés « Grand Moulin du Faso » pour être revendue sur le marché. « À l’importation, la farine était de bonne qualité. Mais le magasin dans lequel c’était entreposé avait le toit percé et les eaux de pluies ont mouillé la farine et provoqué de la moisissure. C’est cette farine qu’ils essayaient de recycler pour remettre sur le marché et nos services les ont attrapés », a expliqué Issaka Tapsoba, coordonnateur de l’ANLF.

Le farine avariée était tamisée

L’entrepôt est situé à Paspanga, un quartier situé au cœur de Ouagadougou, dans un environnement très sale. Dans l’entrepôt se trouvait effectivement du matériel servant à tamiser la farine.

« N’eût été la vigilance de nos agents de contrôle, ces tonnes de farine entreraient dans la fabrication de pain et autres gâteaux souvent prisés par les populations », a ajouté le coordonnateur. L’auteur de ces faits est mis aux arrêts. Il est poursuivi pour « tromperie du consommateur sur la qualité et la nature de la farine et de concurrence déloyale ». Ces infractions sont prévues et réprimées par la loi N°16-2017/AN du 27 avril 2017 portant organisation de la concurrence au Burkina Faso.

« Pour le cas de la saisie des 41 tonnes de farine impropre à la consommation, je puis vous rassurer que les auteurs de ces forfaits seront punis conformément aux textes en vigueur », a rassuré le conférencier.

Dieudonné LANKOANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *