Marche du 29 septembre : « s’il y a des déboires, ce serait les milices de Simon Compaoré», Mahamoudou Dicko/NAFA

Selon la NAFA, le peuple burkinabè doit se mobiliser pour participer massivement à la marche du 29 septembre. Le parti donne un gage de sécurité aux populations en indexant Simon Compaoré pour d’éventuels déboires. La Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) a donné une conférence de presse ce mercredi 26 septembre 2018 à Ouagadougou pour s’entretenir avec les médias sur la situation nationale.

La NAFA s’indigne contre la gestion du pouvoir. Le président du parti Mahamoudou Dicko n’a pas manqué de fustiger la gestion du pouvoir d’État par le MPP qu’il qualifie de régime “sinistre et incompétent”.

Il s’étonne également dit- il d’avoir l’impression que le régime en question prend du plaisir à entraîner le destin du Burkina dans un gouffre car, «fonçant tête baissée sans aucune vision». Ce qui reste inacceptable pour la NAFA.

Le parti dit par ailleurs avoir appris que le budget de campagne 2020 du MPP a déjà été bouclé et s’indigne que la corruption, le népotisme… soient les maîtres mots de la gouvernance MPP au grand dam du chômage des jeunes et de la souffrance des populations. Le PNDES ne produit pas les résultats attendus et les PPP sont sources de corruption. Le président en veut pour preuve la cherté des routes au Burkina. En effet, il affirme qu’un «kilomètre de route coûte 1 milliard 200 millions, un prix qui n’existe nul part ailleurs au monde».

Le parti s’insurge contre le nouveau code électoral et le président de la CENI. L’arrimage du fichier électoral à celui de l’ONI cache un projet de “magouille” politique selon le parti. Le refus de la carte consulaire dans les documents de votations cache également selon Mahamoudou Dicko un désir d’empêcher la diaspora de participer massivement aux échéances électorales de 2020. Il pense que c’est une stratégie de hold up électoral que prépare le MPP.

Le président du parti Mahamoudou Dicko

La NAFA s’inquiète de ce qui se prépare à la CENI avec son président Newton Ahmed Barry. La gestion de la commission électorale est autocratique et le parti de Djibril Bassole pense que le président de cette institution s’engage dans un faux débat quand il parle de réduire le coût des consultations électoral en promulguant un nouveau système d’enrôlement.

A propos de la marche du 29 septembre prochain

Pour la NAFA, la marche est une occasion pour tous les burkinabè de dénoncer la gestion “catastrophique” du pouvoir par le MPP. C’est pour eux également le lieu d’exposer un certain nombre de revendications politiques. Ils invitent pour ce faire les populations à sortir massivement. Mahamoudou Dicko rassure que la marche se déroulera dans la sérénité et prévient que si toute fois l’organisation de l’activité connaît des déboires, ça serait «les milices de Simon Compaoré» qui auront infiltrés la marche.

Nourdine CONSEIBO

nconseibo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *