Sécurité au Burkina : Simon Compaoré et son équipe comptent « parler moins  et travailler beaucoup »

Le Ministre de la Sécurité intérieure burkinabè, Simon Compaoré a fait le bilan des actions menées par son département courant l’année 2017. Il a indiqué dans ce bilan que 2018 sera fructueux en terme de résultats dans la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme au Burkina Faso. « L’année 2018 sera une année où nous allons parler moins  et travailler beaucoup », a-t-il laissé entendre face à la presse ce lundi 8 janvier 2018.

C’est ce lundi 8 janvier 2018 que Simon Compaoré a choisi pour rendre compte à la nation des actions menées par son département courant l’année 2017. Après avoir traversé plusieurs difficultés dans lutte contre le terrorisme l’année écoulée, le Ministre Simon Compaoré pense que 2018 sera une année où la chance sourira aux Forces de Défenses et de Sécurité (FDS).  «L’année 2018 va être une année qui va produire beaucoup plus de résultats », rassure-t-il.

Il est allé plus loin en indiquant que le Burkina Faso possède des hommes (FDS) capables de mettre fin aux attaques à répétition sur le sol burkinabè. « Nous avons des hommes à même de lutter contre le terrorisme », ajoute Omer Bruno Marie TAPSOBA, Chef d’Etat-Major de la Gendarmerie nationale qui ne fait aucun doute sur la capacité des FDS à mettre fin à ces attaques armées. Jean Bosco KIENOU, Directeur général de la police Nationale a pour sa part expliqué que « la lutte contre la menace terroriste ne se fait pas à sens unique ». Ainsi, il a imploré la collaboration de toutes les populations. « Il faut une synergie d’action, il faut l’implication de tout le monde si non la sécurité à elle seule devient moins efficace sans la collaboration de la population », a-t-il dit. Ainsi, le ministre Simon Compaoré donne l’assurance qu’en 2018, pour ce qui est de la lutte contre le terrorisme, « la victoire est inéluctable ».

Pour la lutte contre ces attaques armées, le grand banditisme et l’incivisme, le ministère de la sécurité a courant 2017, organisé 13 519 patrouilles dissuasives au niveau régional, 5 679 patrouilles de sécurisation dans la lutte contre l’incivisme au niveau régional, 76 opérations de lutte contre le trafic illicite des drogues et des médicaments de rue, 123 opérations (de grandes envergures) dans les zones criminogènes, 17 missions de maintien de l’ordre public et 39 missions de rétablissement de l’ordre public. En 2017, le Ministère de la sécurité a aussi procédé au recrutement de 3000 Volontaires Adjoints de Sécurité (VADS), pour « appuyer les forces de sécurité dans la règlementation de la sécurité routière ».

En une année, le Ministère de la sécurité a tenu deux séances de formation et de sensibilisation au profit de 90 acteurs de sociétés privées de sécurité. Il a aussi organisé deux opérations de contrôle des sociétés privées de sécurité et 23 sorties, lesquelles sorties ont permis de contrôler 205 sociétés. Suite à ces contrôles, cinq lettres d’avertissement ont été dressées à trois sociétés de gardiennage pour divers manquements à la règlementation. Trois (3) sociétés fictives ont été décelées et fermées. Huit (8) fusils de calibre 12 mm illégalement détenus ont été saisis.

Pour l’année 2018, le Ministre Simon Compaoré compte faire plus d’effort pour engranger plus de résultat afin de contribuer  à la réalisation du programme présidentielle, au développement et à la stabilité du Burkina Faso.

Alida Dorcas TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *