Passation de charges au ministère de la Sécurité : « Je sais que vous ne dormez pas, eh bien ! je ne dormirai pas moi non plus, je veillerai avec vous », Cléments Sawadogo ministre

La passation de charges entre le ministre de la Sécurité entrant, Pengwindé Clément Sawadogo et le ministre de la Sécurité sortant, Simon Compaoré a eu lieu le lundi 5 février 2018 à Ouagadougou. La cérémonie présidée par le secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres Stéphane Sanou a été l’occasion pour ce dernier de rappeler au remplaçant de Simon Compaoré la lourde responsabilité qui lui a été confiée.

Il avait été nommé le 31 janvier dernier, ministre de la sécurité à la place de Simon Compaoré. Clément Sawadogo a donc pris fonction le lundi 5 février 2018 à la suite de la cérémonie de passation de charges présidée par secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres Stéphane Sanou. Il a dans un premier temps félicité le ministre entrant à qui il a confié que c’est grâce à son expérience et sa compétence qu’il a été nommé à la tête de ce département ministériel, dirigé durant plus de deux années par Simon Compaoré actuel ministre d’Etat après de la présidence. Dans un second temps, il n’a pas manqué non plus de lui rappeler la grande responsabilité qu’il doit désormais assumer ; celle de conduire avec succès la mise en œuvre et le suivi de la politique du gouvernement en matière de sécurité et de la protection de la population. Clément Sawadogo en a conscience en témoigne sa réponse : « dans aucun pays du monde et surtout de nos jours, ce poste ministériel n’est facile et je mesure l’ampleur de la tâche qui m’est désormais dévolue ». Conscient qu’il ne pourra réussir seul la mission qui lui a été confiée il a plaidé pour l’union sacrée de toutes les filles et de tous les fils du Burkina Faso. Devant donc les responsables des forces de sécurité et de défense présents à la cérémonie, Clément Sawadogo s’est engagé à être un ministre pour la lutte. L’homme pose déjà ses marques à travers ce que nous qualifierons d’opération de séduction des FDS. Il déclare en effet : « je sais que vous ne dormez pas, eh ! bien je ne dormirai pas moi non plus, je veillerai avec vous ».

Pour sa part, il a invité ses désormais collaborateurs à la tâche et sans complexe. A l’endroit de son prédécesseur, c’est un hommage mérité qu’il lui a rendu. Ce dernier, Simon Compaoré n’a pas manqué de lui retourner les compliments. S’il a confié que sous son mandat, des lignes ont été bougées au ministère de la sécurité, il dit être conscient que beaucoup reste à faire. Cependant, sûr de la capacité de son prédécesseur à relever le défi, il a confié ne pas douter un seul instant qu’il soit à la hauteur de la tâche qui lui a été confiée. « Je pars avec la conviction que la maison de la sécurité va se renforcer davantage » a-t-il soutenu. A l’en croire, ce n’est pas à n’importe qui que l’on confie dans un pays, le ministère de la Sécurité. Si le chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré a porté son choix sur l’ex-ministre de la Fonction publique et de la protection sociale pour le remplacer, c’est parce qu’il a la capacité pour assurer la sécurité des Burkinabè a souligné Simon Compaoré. Tout en le félicitant, il a tenu à rendre un hommage mérité à ces hommes et femmes qui mettent leur vie en danger au quotidien pour assurer la sécurité du vaillant peuple burkinabè. Le ministre entrant va aussi suivre ses pats en déclarant : « nous les voyons déjà à l’œuvre, prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême pour la Nation. Honneur et gloire éternelle à ceux qui sont tombés sur le champ d’honneur pour la patrie ».

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *