Soutien aux déplacés internes : Les partis de la majorité étaient à Kaya avec des vivres

L’Alliance des partis politiques de la majorité présidentielle (APMP) était dans la commune de Kaya, province du Sanmatenga le jeudi 12 septembre 2019 où elle a animé une conférence de presse sur la situation sécuritaire, de même que sur la crise sociale que traverse le pays. Cette visite a été l’occasion pour les partis de la majorité d’apporter leur soutien aux déplacés internes victimes des attaques terroristes à travers un don de vivres d’une dizaine de tonne, de couvertures, de savons, d’huile.

L’Alliance des partis politiques de la majorité présidentielle (APMP) est sensible à l’oppression terroriste à laquelle la population du Centre-Nord est soumise depuis un certain temps avec des mouvements très importants de populations. La visite qu’elle a effectuée dans la commune de Kaya ce jeudi 12 septembre 2019 est une preuve. Elle a en effet fait don de vivres de céréales (maïs, riz, haricot) d’une dizaine de tonne, de cartons de savon, des bidons d’huile alimentaire aux déplacés qui n’ont pas manqué de saluer le geste posé par les partis formant la majorité présidentielle. C’est le haut-commissaire de la province du Sanmatenga, Patrice Sorgho, représentant le gouverneur de la région du Centre-Nord, qui a procédé à la réception des vivres. Tout en rassurant les donateurs que les vivres iront aux destinataires, il estime qu’ils vont atténuer un tant soit peu la situation des déplacés. C’est donc conscient de l’importance du geste posé par les politiques de la majorité, qu’il les a invités à réitérer leur geste avant d’inviter les bonnes volontés à emboiter leurs pas. Le cri de cœur du haut-commissaire n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. En témoigne les propos : « nous devons inscrire la gestion des déplacés comme une priorité nationale », du coordonnateur de l’Alliance des partis politiques de la majorité, Clément Sawadogo. Il justifie la présence des responsables des partis affiliés à la majorité présidentielle à Kaya, comme étant un soutien aux déplacés. Pour lui, ce soutien est important car : « nous avons l’intention de construire une nation solidaire une nation viable » a-t-il soutenu.

S’unir pour vaincre le terrorisme

Rappelons qu’avant la remise des vivres, l’APMP a animé un point de presse au cours duquel, elle est revenue sur la crise sécuritaire et sociale à laquelle le pays est confronté. Le Burkina Faso confronté d’une part à des attaques terroristes et d’autres parts à une fronde sociale critique, cela s’apparente selon le président de l’UNIR/PS, Me Bénéwendé Stanislas Sankara à une véritable collusion pour saper les efforts de développement engagés à travers le PNDES. C’est donc convaincu des propos avancés, qu’il a tenu à faire un rappel qu’il estime important aux organisations de la société civile et aux centrales syndicales qui ont appelé la population à marcher le 16 septembre prochain pour dénoncer soit disant selon ses mots, le non-respect par le gouvernement de leurs plates-formes revendicatives. Il affirme donc que si la lutte des travailleurs et leurs revendications pour de meilleures conditions de travail sont légitimes, elles ne sauraient occulter la nécessité d’une sacrosainte alliance pour la lutte contre le terrorisme. Pour sa part, il a invité les militants des partis formant la majorité à se démarquer de l’appel lancé par les syndicats et les OSC qui ne visent que leurs simples intérêts selon ses dires. Rappelant d’ailleurs que la marche qu’organise les syndicats et les OSC est interdite, il les met en garde en ses termes : « ne cédons pas à la provocation ». Estimant qu’aujourd’hui la principale préoccupation est la lutte contre le terrorisme et que les autres préoccupations sont subordonnées, le président de l’UNIR/PS, déclare : « c’est donc en se levant ensemble, en fédérant la contribution de chacun et chacune que nous viendrons à bout de ce fléau ». Abondant dans le même sens que lui, Clément Sawadogo déclare : « les peuples unis sont les peuples victorieux ». Partageant les propos de son camarade d’alliance, Me Bénéwendé Sankara a appelé les uns et les autres à un sursaut national en paraphrasant Thomas Sankara : « l’heure du sursaut national a plutôt sonné et l’espoir est permis car là où s’abat le découragement s’élève la victoire des persévérants ».

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *