11 décembre 2018 : Manga sous les projecteurs

Cinquante-huit (58) ans maintenant que le Burkina Faso a acquis son indépendance totale. Le 11 décembre 2018, le pays a célébré cette liberté dans la région du Centre-Sud, à Manga autour du thème: « Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère ». Le pays invité d’honneur à cette commémoration des 58 ans d’indépendance du Pays des Hommes intègres est la Côte d’Ivoire, qui a été représentée par Hamed Bakayoko, Ministre ivoirien d’Etat et de la Défense qui avait à ses côtés un contingent militaire qui a émerveillé la foule par son défilé.

La « cité de l’épervier » a été choisie cette année pour la célébration de la fête nationale. A cette cérémonie qui a connu le défilé de 4500 personnes (civiles, militaires, paramilitaires), des autorités politiques, religieuses et coutumières ont saisi l’occasion pour inviter toutes les populations burkinabè à œuvrer pour la paix et la bonne gouvernance.

Ce 11 décembre 2018 à Manga, l’ambiance était au rendez-vous. Des populations venues des quatre coins du pays se sont mobilisées pour célébrer l’indépendance du peuple burkinabè.

La capitale de la région du Centre-Sud qui avait l’honneur d’abriter le 58e anniversaire de cette commémoration, a « reçu tout le Burkina ». Les populations se sont mobilisées pour assister au défilé civil, militaire et paramilitaire. Personne ne voulait se faire conter l’événement. Même postée à quelque 100 mètres de la piste de défilé, la population ne démobilise pas. Bravant soleil, vent et poussière, elles ont répondu massivement à l’appel de la nation. Chacun veut voir le talent de l’ensemble des forces vives de la nation dans les parades motorisées ou « défilé aux pas lents et bloqués » de nos braves soldats. Lesquels mouvements ont reçu des tonnerres d’applaudissements des populations.

La plus grande partie de la population qui n’a pas eu accès aux tribunes s’est créé les conditions nécessaires pour mieux suivre cette parade. Postée derrière les barrières des forces de défense et de sécurité, elle suivait à distance le défilé.

Une vue de la parade

Heureux d’assister à cette parade, un Mangalais n’a pas pu contenir sa joie en lâchant, au regard des réalisations en termes d’infrastructures qui ont changé le look de la capitale de la région du Centre-Sud, qu’ « on peut maintenant comparer Manga à Ouagadougou ». « C’était merveilleux « , lance un autre.

A la fin de la cérémonie, les hommes de médias ont pu recueillir les impressions du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui a rappelé que « le Burkina Faso a connu une grande histoire où ses ancêtres se sont battus pour sa reconstitution ». Il nous appartient tous et toutes, selon lui, de faire en sorte que nous puissions « maintenir ce flambeau haut ».

Face aux attaques terroristes auxquelles fait face le pays depuis quelques trois ans, le Président du Faso a martelé que « le peuple du Burkina Faso n’a jamais courbé l’échine devant aucune exigence » et ce n’est pas aujourd’hui qu’il cédera. Cette célébration est, de son avis, une « introspection individuelle et collective » sur les questions de bonne gouvernance et cela, indique-t-il, nous interpelle tous à nous poser la question de savoir qu’est-ce que nous apportons « au panier de la bonne gouvernance, au panier du civisme, au panier du patriotisme, au panier de travail collectif pour développer le pays ».

« L’occasion pour nous, de nous rappeler ce combat »

Le Chef de file de l’Opposition politique burkinabè, Zephirin Diabré, après avoir noté l’importance que la célébration de la fête de l’indépendance revêt pour le Burkina Faso, a rappelé, en ce qui le concerne, que « des femmes et des hommes avant nous ont fortement lutté » pour arracher cette souveraineté. Il a invité les populations a toujours se rappeler ce combat, et à tout mettre en œuvre pour garder le fruit du combat de nos devanciers.

Un combat que se rappelle également le Larlé Naba, qui, s’appuyant sur le thème de cette célébration, a indiqué que « chacun doit jouer sa partition pour que la gouvernance soit a la hauteur des attentes des populations ». Le Cardinal Philippe Ouedraogo abonde dans le même sens quand il soutient que: « Toute la région du centre-sud (doit) en profiter pour serrer les coudes, se donner la main dans l’unité et le respect mutuel pour avancer au large et assumer son propre développement », lequel développement sera le soubassement pour le développement du Burkina Faso ».

Le ministre Éric Bougouma prend des mesures pour réussir la fête nationale prochaine

Le 59e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso sera célébré à Tenkodogo dans la région du Centre-Est le 11 décembre 2019. Le Ministre Éric Bougouma a rassuré que tout sera mis en œuvre pour éviter les surprises désagréables en terme de réalisation d’infrastructures pour accueillir la fête de l’indépendance. Il confie déjà que tous les travaux de construction et d’éclairage à Manga seront achevés dans les jours à venir et que le processus pour la sélection des entreprises qui seront chargées de la réalisation des infrastructures pour la fête nationale prochaine sera lancé au cours de ce mois de décembre.

Pour les prochaines célébrations de l’indépendance day, le ministre des infrastructures
a expliqué que, tirant leçon de toutes ces expériences négatives vécues de par le passée, des dispositions seront désormais prises pour garantir la bonne marche des travaux pour les autres fêtes d’indépendance à venir, à compter de la prochaine célébration qui aura lieu à Tenkodogo, dans le Centre-Est du Burkina Faso en 2019.

Rendez-vous est donc pris à Tenkodogo pour la commémoration du 59e anniversaire de l’indépendance de notre pays.

Alida Touré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *