Burkina : Le SYNTSHA en grève le 31 janvier prochain

Le Syndicat National des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale (SYNTSHA) entend aller en grève le 31 janvier 2018 pour dénoncer d’une part la dimension politique donnée au procès de leur camarade Nonguébzanga Kaboré, et d’autre part pour exiger du gouvernement le respect strict du protocole d’accord signé le 13 mars 2017 entre le Gouvernement et le SYNTSHA. C’est l’information donnée par les premiers responsables du syndicat au cours d’un point de presse organisé ce lundi 29 janvier 2018 à Ouagadougou.

Le procès prévu le 31 janvier pour faits de grève contre Nonguébzanga Kaboré continue de faire de gorges chaudes. En effet, le SYNTSHA est monté au créneau pour dénoncer l’aspect politique que prend ce procès. « Quel que soit le verdict de ce procès, l’histoire retiendra qu’un agent de la santé humaine, militant syndicaliste en grève, donc absent du lieu de travail, avait été rendu responsable et jugé pour le décès d’un patient à la place de ses collègues briseurs de grève qui, pendant au moins 04 heures, étaient censés être compétents pour adopter une conduite à tenir appropriée face à la situation »a  relevé Pissyamba Ouédraogo, Secrétaire général du SYNTSHA.

Quant au Secrétaire Administratif de ce syndicat, Hamadi Konfé, ce procès est « purement et simplement politique » du moment où ce n’est pas la famille de la défunte qui a porté plainte contre l’agent en grève ce jour.  Ainsi, Hamadi Konfé croit que l’intention du gouvernement est de « museler le droit de grève » et a rappelé qu’« il n’y a pas de grève sans conséquences, surtout pas à la santé ». Ce qui amène Pissyamba Ouédraogo à préciser que la « participation à un mot d’ordre de grève ne saurait être assimilée à un délit ».

En ce qui concerne la mise en œuvre du protocole d’accord Gouvernement-SYNTSHA, les conférenciers ont remarqué que ce point est en « souffrance ». « Cet état de fait vient corroborer les remises en cause programmées des acquis des travailleurs par le manque de volonté réelle du gouvernement à respecter ses engagements », a déploré Pissyamba Ouédraogo.

Après tous ces constats, le SYNTSHA entend effectuer une grève d’avertissement au Gouvernement le mercredi 31 janvier 2018 de 00heure à 24 heures afin d’exiger la satisfaction des points que sont « l’arrêt des tracasseries diverses contre les travailleurs de la santé humaine et animale notamment pour leur appartenance syndicale ; l’annulation pure et simple du procès inique engagé pour fait de grève contre Kaboré Nonguébzanga ; le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier ; le respect du protocole gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017 ».

Le syndicat cependant exhorté les travailleurs de la santé humaine et animale à se mobiliser et à ne pas céder aux actes de provocation et d’intimidation, « qui ont d’ailleurs commencé », pour faire de cette lutte un succès. Il tiendra le gouvernement pour seul responsable de la détérioration du climat social dans les secteurs de la santé humaine et animale s’il persistait dans cette attitude de « mépris » à l’encontre des travailleurs de la santé humaine et animale et de leur syndicat.

Alida Dorcas TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *