Bras de fer entre Gouvernement et CNSE : Enfin une signature de protocole d’accord  vient atténuer la situation

La Coordination Nationale  des Syndicats de l’Education (CNSE) a obtenu la signature d’un protocole d’accord avec le Gouvernement sur les  différentes revendications qui creusaient le fossé entre les deux parties. C’est aux environs de 00h du dimanche 28 janvier que l’accord a été signé à la primature entre le Gouvernement et les syndicats de l’éducation en présence des responsables religieux et coutumiers, ainsi que des représentants des parents d’élèves. Ce rapport signé, les deux parties ont pris l’engagement qu’au plus tard le 31 janvier 2018, des dispositions seront prises en vue de terminer l’année en beauté.

 

Le bras de fer qui opposait la Coordination nationale des Syndicats de l’éducation (CNSE) a duré quatre mois. Au terme d’un long conflit social, les deux parties sont arrivées à la signature d’un protocole accord. « Le Gouvernement est soulagé, tout le peuple burkinabè est soulagé par le protocole d’accord que nous avons signé ce soir avec la coordination des syndicats du MENA », s’est réjoui le Premier Ministre (PM) Paul Kaba THIEBA qui estime que ce protocole d’accord permettra de « remettre l’école burkinabè sur les rails ».

Wendyam Zongo, coordonnateur national des syndicats de l’éducation dit être lui aussi satisfait de l’évolution constatée dans l’examen de leur plateforme revendicative.  « Au nom de l’intérêt général, au nom de l’enfant burkinabè, les deux parties se sont mises d’accord pour que l’école burkinabè puisse être reprise dans les jours qui vont suivre », a-t-il laissé entendre.

Photo de famille des différents acteurs

En rappel, les points qui opposaient les syndicats du MENA au gouvernement sont entre autres,  « l’adoption d’un statu valorisant les personnels de l’éducation et de la recherche ; l’amélioration de l’accès à l’éducation ; l’amélioration des conditions de travail de l’enseignant ; la valorisation de la fonction enseignante ». « Tous les quatre points ont connu une évolution », soutient Wendyam Zongo qui tient à remercier toutes les parties qui se sont investies pour la réussite des négociations. « Après la signature de ce protocole d’accord, nous pouvons reprendre les cours sans ambiguïté parce que les mots d’ordre qui étaient en cours ne mettaient pas en cause le système éducatif », précise-t-il avant d’indiquer que dans le protocole d’accord signé les deux parties ont convenu, au plus tard le 31 janvier prochain, de prendre les dispositions nécessaires pour que l’année puisse bien se terminer. « Nous allons rattraper le temps perdu », a promis le Coordonnateur national des syndicats de l’enseignement.

La signature du protocole d’accord ne s’est pas faite à l’absence des responsables religieux et coutumiers ainsi que des représentants des parents d’élèves qui ont invité les deux parties au « respect strict des engagements pris ». Ils ont exhorté les élèves à reprendre le chemin de l’école et à faire preuve de retenue.

Alida Dorcas TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *