Projet Fonds enfants jeunes VI : la GIZ apporte un soutien financier

La 6ème phase du projet “Fonds enfants et jeunes” a fait l’objet d’un atelier les 14 et 15 février 2019 à Ouagadougou. Le projet qui s’étendra sur une durée de 3 ans sera au bénéfice de 65 communes du Burkina Faso. La coopération allemande s’est engagée à contribuer à la lutte contre les pires formes de travail des enfants en finançant le projet à hauteur 3,9 milliards de FCFA.

Le gouvernement burkinabè a fait de la lutte contre les pires formes de travail des enfants une priorité. Il est accompagné dans ce sens par la GIZ qui est fortement attachée à la question des droits humains et particulièrement à celles des droits de l’enfant. C’est ainsi qu’à l’occasion de la 6ème  phase du projet fonds enfants et jeunes, avec l’appui de la coopération allemande, 65 communes bénéficieront d’un accompagnement financier à hauteur de 3,9 milliards de FCFA dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants.

Dans les phases précédentes du projet (2005-2018), la GIZ avait apporté son appui financier au déroulement des différents programmes. Pour mieux préserver les acquis du projet, elle entend s’impliquer fortement au cours de cette sixième phase.

Quatre axes d’intervention ont été définis, selon le premier conseiller de l’ambassade d’Allemagne, Vils Wortmann. Il s’agit entre autres, des mesures de communication pour assurer la visibilité des activités financées par le fonds, la construction et l’équipement des infrastructures de protection des enfants.

Premier conseiller de l’ambassade d’Allemagne, Vils Wortmann

Le coordonnateur du projet Hamidou Seone  s’est fortement réjouit de l’appui financier qu’apporte la coopération allemande dans le cadre des projets pour les jeunes et les enfants. A ce propos, il nous confie ceci: “Le Fonds enfants et jeunes à travers des repas quotidiens a pu maintenir 70 000 enfants à l’école. Egalement, 8500 enfants vulnérables ont bénéficié de bourses. Aujourd’hui, ils sont insérés dans l’économie du marché. Pour ceux qui ne sont plus dans le système éducatif, nous avons mis en place des bourses de formation professionnelle au profit de 400 jeunes. Ces 400 jeunes, aujourd’hui, sont insérés parfaitement dans l’économie du marché ».

Le projet consiste à assister les jeunes et les enfants. Sur le plan scolaire, tout comme sur les autres plans. Les régions du sud-ouest, de l’Est et du centre-est qui sont les plus touchées par la question verront 65 de leurs communes bénéficier de cet appui financier.

La ministre Marie Laurence Ilboudo/Marchal

Le projet est sous la tutelle du ministère de la femme et de la solidarité. Pour madame la Ministre Marie Laurence Ilboudo/Marchal, nonobstant cet appui financier important, la question nécessite encore des moyens financiers. C’est pourquoi dit-elle, envisager faire un plaidoyer auprès des différents partenaires pour qu’ils y apportent leurs contributions. A ce propos, elle affirme: “Nous allons faire un plaidoyer auprès des autres partenaires, et demander aussi à la République fédérale d’Allemagne de continuer cet appui et d’augmenter le budget afin que nous puissions atteindre nos objectifs, parce qu’aujourd’hui, la population du Burkina Faso est à majorité jeune (plus de 69% à moins de 25 ans)”.

Une vue des participants

La ministre a également appelée les différents acteurs à s’impliquer davantage pour la réussite de la sixième phase du projet.

« Je voudrais inviter chacun de vous à un investissement personnel pour la réussite de cet atelier dont les travaux devront permettre au projet d’atteindre des résultats probants à même de donner de l’espoir aux nombreux enfants et jeunes vulnérables des régions du Sud-ouest, de l’Est et du Centre-est ainsi qu’à leurs parents”, a-t-elle lancée à l’endroit de l’assistance.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *