Mission de soutien de la paix : 140 gendarmes s’envoleront pour le Darfour

Le chef d’Etat major général adjoint des armées (CEMGA) Naaba Théodore Palé était au camp Paspanga le lundi 16 janvier 2017. Il s’y est rendu afin d’apporter le soutien de l’armée burkinabè aux 140 gendarmes qui vont s’envoler pour Darfour dans le cadre de la mission de soutien de la paix onusienne.

Ils sont au total 140 gendarmes qui vont s’envoler le 19 janvier 2017 pour le Darfour. Ils vont en mission de l’Unité de police formée (FPU) et constituent la 7e relève du 11e escadron de soutien à la paix au Darfour selon le chef d’Etat major général adjoint des armées Naaba (CEMGA) Théodore Palé. Avant que ces derniers ne s’envolent loin de leur terre, il dit être venu leur apporter le soutien de l’armée burkinabè. Il déclare à cet effet : « Tous unis autour de votre chef, allez et remplissez votre mission avec la ferme conviction que derrière vous au pays, le commandement et vos frères d’armes (…) mettent tout en œuvre pour que tout se passe pour le mieux afin que vous reveniez sain et sauf au Faso ». Il peut se rassurer car la troupe est déjà prête pour la mission si on s’en tient aux propos du chef d’escadron le commandant William Aristide Coulibaly. Il a confié que la troupe dont il est à la tête a suivi une formation qui a été validée par une mission onusienne.
Le CEMGA pour sa part n’a pas perdu du temps pour prodiguer quelques conseils à ces ambassadeurs burkinabè qui vont s’envoler pour une mission de 12 mois. Ses premiers mots furent : « Dès que vous serez sur le territoire du Darfour rappelez-vous que la communauté internationale a un regard sans complaisance fixé sur vos comportements et attitudes ». Au nom du commandement, le colonel Naaba Théodore Palé a invité les missionnaires à observer les recommandations suivantes : respecter les mœurs du pays hôte ; tenir compte des cultures des autres frères d’armes qu’ils côtoieront au quotidien ; se conformer strictement aux règles d’engagement en vigueur au sein de la force ; enfin maîtriser les règles de comportement édictées par le commandant d’escadron.
Pour ce qui est de leur sécurité, le chef d’Etat major général adjoint des armées a exhortés l’escadron à observer en permanence une vigilance accrue. Il estime qu’il est important d’œuvrer à renforcer davantage l’estime dont jouissent déjà les contingents qui ont effectué cette mission et qui ont forgé la confiance, l’estime et l’admiration.

Y a-t-il eu des tires au camp Sangoulé Lamizana dans la nuit du 15 janvier 2017 ?

Que de peur que de mal. Le lundi 16 janvier 2017 dans la matinée, des rumeurs faisaient état de tires au camp Sangoulé Lamizana. Il ne s’agit que d’une rumeur non fondée si on en croit le chef d’Etat major général adjoint des armées Naaba Théodore Palé. Il a rassuré que ce ne sont pas des tires. Selon ses explications il s’agit d’un incident qui s’est produit vers le stade du 4 Août. Des bombonnes de gaz se trouvant à proximité ont explosé a-t-il soutenu. « Cela nous a tenu en alerte toute la nuit mais après nous avons constaté que ce ne sont que des bombonnes de gaz qui ont explosé » a-t-il renchéri.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *