Industrie: Le chantier de construction d’une usine d’égrenage de coton bio reçoit la visite du Ministre Harouna Kaboré

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’artisanat s’est rendu ce 14 février 2019 sur le chantier de construction de l’usine d’égrenage de conton bio situé à Koudougou. Pour le ministre Harouna Kaboré, c’est une visite de constatation de l’état d’avancement des travaux et de vérification du respect des accords du protocole signé avec les différents partenaires dans le cadre de la construction de cette usine.

Le ministre après avoir visité les locaux en construction a estimé que le projet connait un taux d’exécution de 55%.
Il a confié à la presse présente sur les lieux que cette usine est une réponse à une problématique liée à la production du coton bio. Le coton bio nous dit-il est “produit en majorité par les femmes et les jeunes. On avait constaté qu’il y avait une baisse de production du coton bio en raison de l’absence de l’outil d’égrenage. Cette situation freinait l’élan des producteurs de cette variété de coton. Il y avait donc une impérieuse nécessité de mettre en place cette usine d’égrenage pour compléter la chaîne de production”.

Une vue des travaux

Il y a eu selon Harouna Kaboré une accélération des choses en mai 2018 qui a permis la mise en place d’une usine industrielle pour boucler la chaîne de production du coton bio. Aujourd’hui, avec un taux d’exécution de 55%, il se dit satisfait de l’état d’avancement des travaux. Il a aussi invité les différents acteurs a maintenir le cap afin que ce projet soit exécuté dans les délais.
Il ressort également pour l’hôte des responsables du chantier que le site de la Société Burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX) basé à Koudougou a un espace assez vaste pour accueillir la zone industrielle du coton bio. En vue donc de boucler totalement la chaîne de production, il serait envisageable de construire la zone industrielle sur le même site.
“On est venu pour les encourager et pour voir si les différents accords du protocole ont été respecté”, poursuit le Ministre.
Pour Vincent Paul Segda, directeur industriel de la SOFITEX, c’est une grande joie pour eux de recevoir le ministre sur le chantier. Il a tenu également à préciser que Harouna Kaboré s’est toujours fortement impliqué pour le bon déroulement du projet, car, depuis le début des travaux, il a toujours intervenu en tant que facilitateur entre les différents acteurs impliqué dans le projet.
“L’usine Faso Fani sera réouverte en fin 2019 et aura une capacité de production de 50 tonnes par jour”, assure Idrisse Ouédraogo, chef du projet de réouverture de l’usine.
Sur la question, le ministre a exprimé l’attachement sentimental des populations à l’usine Faso Fani. C’est pourquoi dit-il, lors du Salon International du Coton et du Textile (SICOT), des engagements ont été pris par le Chef de l’État d’œuvrer à la réouverture de Faso Fani. Cela implique selon lui que les travaux administratifs et techniques se poursuivent et bientôt, sans donner de date, les travaux de terrain débuteront.

Une vue des chantiers

Il a été appuyé dans ce sens par le premier responsable du projet Idrisse Ouédraogo qui nous a assuré que l’usine Faso Fani sera réouverte en fin 2019 avec des unités de production d’une capacité de 50 tonnes par jour.
Le ministre a par ailleurs noté dans le cahier du chantier de l’usine d’égrenage du coton ceci:”cette visite de chantier m’a permis de constater un très bon déroulement des travaux et me donne des éléments visibles. C’est le lieu pour moi de féliciter l’entreprise en charge des travaux et toute l’équipe de gestion et de management du projet. J’adresse tout mon soutien aux différents acteurs. Bonne continuations ” a t-il conclu.

Nourdine CONSEIBO
nconseibo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *