Prise en charge des policiers : Le décret N° 79-365/PRES/IS/DGSN mérite d’être relu

La relecture du décret portant sur les services effectués par les policiers au profit des particuliers et la plateforme revendicative que l’Union nationale de la police (UNAPOL) a soumis à son ministre de tutelle, ont été à l’ordre du jour du point de presse animé par le syndicat de la police ce lundi 20 mars 2017 à Ouagadougou.

Ça grogne dans les rangs de la police. Si on en croit le secrétaire général de l’Union nationale de la police (UNAPOL), Seydou Wakilou ces mouvements d’humeur s’intensifient et ils sont liés aux montants des rétributions des prestations de services effectués par les fonctionnaires de polices au profit des particuliers. Par ces mots, il remet en cause la gestion des services payés par la hiérarchie. D’après lui, un sérieux problème réside au niveau de la répartition desdites rétributions. Dans ses explications, il a confié que la quasi-totalité des fonds perçus grâce aux services rendus aux particuliers par les forces de sécurité est utilisée pour le fonctionnement du service. La source de tous ces ennuies se trouve être le N° 79-365/PRES/IS/DGSN. Selon le SG de l’UNAPOL, ledit décret stipule que l’agent mandaté perçoit la somme de 1500 francs CFA par jour. Sa relecture s’impose d’après Seydou Wakilou qui a indiqué qu’il est déphasé. D’après lui, il date de 1979, il a traversé les époques et il continue à régir des contrats devenus obsolètes. Selon le SG ladite relecture fait parti des points inscrits dans la plateforme revendicative soumise au ministre en charge de la sécurité en fin novembre 2016. Après avoir accusé les autorités compétentes de l’avoir ignoré, il estime que si elle avait été prise en compte, les remous constatés actuellement ne seraient pas d’actualité. Sa satisfaction ainsi que la relecture du décret constituent les seuls antidotes contre les mouvements d’humeur constatés dans les rangs des forces de sécurité a-t-il soutenu. Ceci n’est pas négociable si on analyse les propos du principal conférencier du jour qui s’est fait menaçant : « Nous avons les moyens de faire respecter notre plateforme, mais nous n’allons pas dévoiler nos stratégie ici » a-t-il indiqué.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *