Engagement des jeunes pour le renouveau démocratique du Burkina : le CIFDHA fait son bilan

A l’occasion de la clôture du projet sur l’engagement des jeunes pour des élections apaisées et le renouveau démocratique du Burkina Faso, le Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA) a organisé un point de presse ce samedi 30 juillet à son siège à Ouagadougou.

Le processus électoral amorcé par le Burkina Faso pendant la transition politique intervenue après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre a été l’un des processus électoraux porteurs de risques de violences à travers l’Afrique. Les autorités de la transition, les OSC ainsi que les partenaires financiers se sont investis pleinement afin que le Burkina Faso puisse mettre en place des institutions démocratiques issues d’élections libres, transparentes et respectueuses des droits de l’homme. Grace à l’appui conséquent du NDI et de l’USAID, le CIFDHA a pu mettre un projet dénommé « engagement des jeunes pour des élections apaisées et le renouveau démocratique du Burkina Faso » dans quatre régions du Burkina à savoir le centre, le plateau central, le centre-est et le centre nord. Selon le président du CIFDHA Urbain Yameogo, ce projet avait pour deux objectifs. Les activités d’information et de formation citoyenne visant la mobilisation, la sensibilisation, le dialogue et le renforcement des capacités des jeunes sur les questions électorales à savoir leurs droits et devoirs en matière électorale, les questions de droits humains, la gestion non violente des conflits électoraux et les questions de droits humains, la gestion non violente des conflits électoraux et surtout leur contribution dans le processus politique post électoral. Pour le président, les activités de monitoring des droits de l’homme constituait le deuxième objectif qui visait la surveillance, la documentation et le rapportage des violations et atteintes aux droits humains en période électorale aussi bien lors de la campagne, pendant le scrutin qu’après le scrutin c’es-à-dire la proclamation des résultats. En somme, plusieurs activités ont été réalisées pour informer, former, sensibiliser et mobiliser les populations surtout la jeunesse pour un vote massif et éclairé. Le CIFDHA a travers la voix de son président Urbain Yameogo a pu réaliser entres autres 10 émissions radio, 8 cafés citoyens, 2 chansons, des formations en SDR et déploiements des moniteurs, des conférences de presse, des spots et communiqués de presse. Le bilan est très satisfaisant car, grâce à ce projet beaucoup de résultats ont été atteints. Quant à François Traoré, directeur de programme du NDI, des moyens financiers avaient été mis à la disposition du NDI par l’USAID pour accompagner le cycle électoral au Burkina Faso. C’est à la faveur de ce financement qu’une trentaine d’organisation de la société civile dont le CIFDHA a bénéficié.

Dieudonné LANKOANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *