Expropriés du site de construction de l’Université Ouaga II : La commission chargée de déterminer les indemnités installée

Le directeur général des impôts, Adama Badolo a procédé à l’installation de la commission chargée de déterminer les indemnités d’expropriation pour cause d’utilité publique urgente, pour la libération du site de l’Université Ouaga II, le jeudi 11 janvier 2018 à Ouagadougou. Elle aura pour mission de déterminer les indemnités à servir pour l’expropriation.

Trente-quatre, c’est le nombre des membres qui constituent la commission chargée de déterminer les indemnités d’expropriation pour cause d’utilité publique urgente, pour la libération du site de l’Université Ouaga II. Elle a pour mission de déterminer les indemnités à servir pour l’expropriation selon son président, François Rigobert Tahita. Il explique que ses collaborateurs et lui doivent rencontrer chaque exploitant, chaque acquéreur, recenser les lieux sacrés sur le site, voir quelle est la superficie et faire des propositions. La commission a donc été installée ce jeudi 11 janvier 2018 par le directeur général des impôts, Adama Badolo. Il confie que les membres de la commission auront pour tâche d’évaluer l’ensemble des biens et de fixer le montant des indemnités d’expropriation. En rappel, la construction de l’Université Ouaga II sur le site défini a connu des perturbations liées à des conflits d’intérêt notamment de la part des occupants du site. A en croire donc le DG des impôts, des concertations avec les populations de Saaba et de Loumbila, a donné lieu à un accord de reprise des travaux de construction, de délimitation de l’université en question et de recensement des populations affectées pour la suite de l’opération. S’il rappelle qu’au stade actuel, l’état des lieux est achevé, il estime que c’est au tour des membres de la commission de démarrer ses travaux. La cérémonie d’installation qu’il a présidé donne le top départ desdits travaux a-t-il soutenu. Venus de différents départements ministériels dont les attributions sont concernées à cette phase de l’expropriation, Adama Badolo les a exhortés à être assidus et intéressés par la tâche qui leur est confiée. Faisant preuve de prudence, il leur a rappelé que l’indemnité doit être juste et ne doit enrichir l’exproprié ni appauvrir l’expropriant qui du reste ici est l’Etat et nous concerne tous a-t-il souligné.
Petit rappel de la part du patron de la cérémonie, l’expropriation pour cause d’utilité publique ou de retrait de titre de jouissance pour cause d’utilité publique est une prérogative permettant à l’Etat, la mobilisation de ressources foncières pour l’exécution de ses politiques de développement économique et social. Cette procédure particulière est soumise à une autre garantissant aussi bien les intérêts de l’Etat que ceux des expropriés et donne le droit à une indemnisation a-t-il conclu.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *