Hausse du prix du pain : Le flou est levé

L’augmentation du prix de pain qui a fait polémique depuis le 1er mars 2017, était au cœur des échanges qui se sont déroulés entre la Fédération burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba et le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Stéphane Sanou. C’était ce jeudi 2 mars 2017 à Ouagadougou.

Plus de peur que mal. Si dès le matin du 1er mars 2017, les populations de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso se sont réveillées avec une hausse du prix de pain de 130 francs CFA à 200 francs CFA ; ce qui d’ailleurs a provoqué la colère de ces dernières, l’on est sûr maintenant qu’il s’agit d’un malentendu. Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Stéphane Sanou l’a confirmé ce jeudi 2 mars 2016 à l’issue de l’audience accordée par le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba à la Fédération burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries. D’après lui, il n’y a pas d’augmentation du prix de pain, plutôt une rupture. Selon les explications du ministre en charge du commerce Stéphane Sanou, c’est juste que le pain de 180 g vendu à 130 francs CFA ait connu une rupture plus tôt, alors que c’est le pain qui est fortement utilisé par la population. Afin de rassurer les consommateurs, il a confirmé le retour du pain de 180 grammes à 130 F CFA dès ce weekend ou au plus tard le lundi 6 mars 2017.
Il est important de souligner que les responsables des boulangers qui ont pris part à la réunion n’ont pas confirmé ces dires de leur ministre de tutelle. Le président de la Fédération burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries, Oumar Yugo justifie la situation qui a prévalu par la conséquence directe de la convention collective signée le 10 février 2016. En effet, selon ses explications, ladite convention impacte le secteur des boulangers à près de 50% de hausse de salaire. Pour faire face à cette hausse, il fallait que des produits comme celui de 200 grammes à 150 F CFA puissent prendre une proportion beaucoup plus importante afin que nous fassions face à nos charges a indiqué Oumar Yugo.

Par Alex SAWODOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *