Incivisme au Burkina – Les ‘’jaloux-aigris’’ ne sont pas seuls responsables

S’il y a une chose que les Burkinabè redoutent et craignent de plus en plus, c’est bien cette montée brutale et fulgurante des actes d’incivisme. Quand on voit les manifestations de ce phénomène, dans les meilleurs des cas, ce sont des biens publics ou privés qui sont littéralement réduits en cendres. Au pire des cas, des coupables d’actes involontaires, essuient les foudres d’une foule déchaînée jusqu’à trépas. Mais, l’incivisme concerne-t-il uniquement ces faits bruyants ? Votre journal vous fait un aperçu des causes de ce phénomène et donne des recommandations pour l’éradiquer.
Quand on parle d’incivisme, le sens commun le reproche immédiatement des élèves et étudiants qui à chaque fois battent le pavé, cassent et revendiquent à tout azimut ou aux ‘’jaloux-aigris’’ trop vindicatifs qui carbonisent les véhicules en cas d’accident. Civisme, dévouement et attachement du citoyen à la Cité, tels qu’il assume ses devoirs avant de réclamer ses droits. L’antonyme étant maintenant le contraire de ce qui est dit. Au vue de la définition, le respect des devoirs englobe énormément de points. Du simple respect des règles de la circulation routière, c’est du civisme. Du simple respect du code des personnes et de la famille, c’est du civisme. Du simple respect de la Constitution, c’est du civisme. Du simple respect du droit des affaires, c’est du civisme. Du simple respect de procédure judiciaire, c’est du civisme. La liste peut être étendue à l’infini. Ce que nous voulons faire ressortir c’est que le phénomène de l’incivisme tant décrié et combattu dans notre cité a un entendement aussi large que le gouffre de style de vie qui s’épare Ouaga 2000 (quartier le plus huppé de Ouagadougou) à Bissighin (quartier non-loti où la misère fait loi). Cela va de soi que les manifestations les plus visibles sont généralement les plus bruyants : l’exemple du cas Zabré, de Bitou… Pour une bavure policière, la réplique populaire se traduit immédiatement par des incendies de biens publics comme privés. Les citoyens sont de plus en plus hostiles aux dirigeants. Que les autorités politiques tiennent leur parole, cela est important. Quand vous dites quelque chose que tout le monde a entendue et vous ne le faites pas, demain vous ne pouvez pas imposer à la jeunesse ce que vous n’avez pas pu faire. C’est la même chose pour les autorités religieuses et coutumières. Nous devons nous dire que nous sommes tous des fossoyeurs du civisme dans notre pays. Loin de nous toute velléité de cautionner les actes indignes et anti républicains de ceux qui manifestent bruyamment, mais il est de rigueur de situer les responsabilités : tout le monde l’est. Du petit commerçant qui spécule pour léser le consommateur, du médecin qui abandonne les pauvres pour ses propres affaires, du journaliste qui incite aux manifestations haineuses, du politique qui détourne ignoblement le dénier public, des hommes de justices qui ne disent pas le droit pour servir leurs vils intérêts privés…, c’est tous ce mélange qui donne ce cocktail qui, à tout moment, peut exploser.
L’Etat devrait s’assumer et faire en sorte que la parole donnée, soit respectée. Là, les gens savent que l’autorité a parlé. La parole de l’autorité équivaut à une loi. Il faut contribuer à réaliser ces choses. Quand on négocie avec des gens ou lorsqu’on parle avec des organisations syndicales et même avec des étudiants, il est important qu’on tienne compte de ce que l’on dit et de ce que l’on a promis. Sinon, tôt ou tard, votre autorité se fend et en ce moment, plus personne ne vous croira. Il faut aussi que l’autorité pratique la justice sociale. Si la tête du poisson ne pourri plus, la queue se sentira plus en sécurité. Pour dire que tout repose sur la famille, l’école primaire et les autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses. L’incivisme peut être éradiqué, mais il faut un franc-jeu politique, une transparence économique, une égalité sociale et une justice pour tous.

Bowend Manegré
Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *