Insécurité : L’ODJ accuse le parti au pouvoir de lever des milices

L’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ) a convié les hommes de médias à un point de presse le mardi 26 juin 2018 à Ouagadougou. La situation nationale était au cœur des échanges.

Le peuple est-il déçu de la gestion du pourvoir par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ? Cette question mérite d’être posée au regard des propos : « le pouvoir MPP et alliés, comme il fallait s’y attendre ont plus que déçu », tenus par le président de l’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ), Gabin Korbéogo ce mardi 26 juin 2018, lors du point de presse qu’il a animé. Selon ses déclarations, les conditions de vie de la jeunesse et du peuple se dégradent de jour en jour. Il justifie ses propos en confiant : « la famine rôde dans les ménages et les terres soumises à la prédation des agrobusiness men, les sociétés minières qui pillent sans vergogne les richesses nationales avec la complicité et la protection de nos autorités ».

Il explique que face à cette situation, des luttes se développent au sein de toutes les couches de jeunesse. Son regret est que pour toute réponse à ces luttes de plus en plus puissantes selon ses dires, le pouvoir MPP et alliés ne proposent que déni, dénigrement, menace, calomnie et répression. A l’en croire, tout cela se fait sur fond de velléité de remise en cause des libertés publiques chèrement acquises par le peuple au prix de la sueur et du sang de ses fils et filles. Pour justifier ses propos, le président de l’ODJ dénonce des menaces auxquelles font face certains des militants et responsables de l‘organisation dans l’Est, l’Ouest et le Centre-Nord du pays ; de même que les emprisonnements auxquels ils sont victimes. Il accuse également le parti au pouvoir de lever des milices qui agressent et appellent au lynchage de responsables d’organisations dans la presse et sur les réseaux sociaux. Sûr de ses accusations, il a demandé au pouvoir en place le démantèlement desdites milices et autres groupuscules fascistes.

Gabin Korbéogo n’a pas hésité non plus à dénoncer ce qu’il qualifie de répression en cours par le pouvoir du MPP. Il a par la même occasion interpellé l’opinion nationale et internationale sur la fascisation progressive selon ses termes, du pouvoir du MPP ; avant d’appeler les organisations de jeunesse éprises de liberté, les démocrates sincères et les progressistes à se joindre à l’ODJ pour une lutte ferme contre la remise en cause des droits et libertés fondamentaux.

Face à ce que le principal conférencier qualifie de velléité de fascisation du pouvoir MPP et alliés, il estime que l’organisation dont il a la charge, ne peut rester les bras croisés. Il confie qu’elle entend s’organiser pour apporter une réponse appropriée à cette situation qu’il estime va de mal en pis. Dans cette optique, le premier responsable de l’ODJ a au nom du bureau exécutif national invité tous les militants et sympathisants de l’organisation, la jeunesse patriotique et révolutionnaire du Burkina Faso à tenir des assemblées générales dans toutes ses structures sur tout le territoire national autour de ces questions ; à suivre avec la plus grande attention et à transmettre toute information relative à des tentatives de criminalisation des structures et des luttes populaires ; à rester fermes sur la défense des questions des libertés et des acquis de l’insurrection populaire et de la résistance victorieuse au putsch de septembre 2015. Le président a invité les militants de son organisation à se tenir prêts à répondre à tout mot d’ordre que viendrait à commander la situation.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *