Massacre dans un village Dogon au Mali : ce qui s’est réellement passé

Dans la nuit de dimache 9 à lundi 10 juin 2019, le village de Sobame Da situé dans la région de Mopti au centre du Mali a été la cible d’une attaque terroriste qui a causé la mort d’environ une centaine de personnes. Ali Dolo, maire de la commune de Sangha dont relève le village de Sobame Da décrit une scène d’horreur.

Le village de Sobame Da qui a été le théâtre d’un massacre dimanche dernier compte quelques 300 habitants. Peu avant 18h, une dizaine d’hommes lourdement armés arrivés à moto encerclent le village et tir des coups de feu en l’air. Les villageois pensant avoir affaire à des voleurs de bétail se réfugièrent dans leurs domiciles. Les assaillants mirent le feu aux domiciles obligeant leurs victimes à sortir.

Pris de peur et de panique, les villageois s’engagent dans un sauve qui peut. Les assaillants postés aux quatre coins du village se mirent alors à abattre toute personne qui tentait de fuir. C’était une véritable scène d’horreur, commente Ali Dolo.
« Ils ont brûlé vif les habitants dans leurs maisons. Tous ceux qui ont tenté de fuir ont été abattus : femmes, vieillards, enfants, sans distinction ! » s’est-il indigné.

« J’ai découvert 95 corps dont la majorité était composée de femmes et d’enfants. Et il ne restait que 50 survivants sur place […] sur les quelque 300 personnes qui habitent Sobame Da !» a-t-il poursuivit.

Des ratissages de la zone organisées par les forces armées maliennes n’ont rien donné. Selon des survivants de ce «carnage» comme l’a nommé le gouvernement malien dans un communiqué, cette attaque serait des représailles d’un autre massacre qui a eut lieu le 23 mars 2019, dans le village peul d’Ogossagou et qui avait causé la mort de plus d’une centaine de personnes.

Ahmed CISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *