Opérationnalisation de la Force G5 Sahel : Angela Merkel un espoir de plus

Face aux cinq chefs d’Etat dont les pays forment la force G5 sahel, la Chancelière allemande Angela Merkel a réitéré l’engagement de son pays à soutenir la force conjointe. C’est au cours de la rencontre qui a eu lieu à Ouagadougou ce mercredi 1er mai 2019 et qui a été présidée par le président du Faso, président en exercice du G5 Sahel, Roch Marc Christian Kaboré. Après avoir passé en revue l’ensemble des questions qui concernent l’opérationnalisation de la force G5 Sahel avec l’allemande, les cinq chefs d’Etats ont plaidé pour que la force G5 Sahel soit placée sous mandat Onusienne.

La lutte contre le terrorisme, c’est le sujet central qui a fait objet d’échanges entre les dirigeants des cinq pays constituant la force G5 Sahel et la Chancelière allemande Angela Merkel ce mercredi 1er mai 2019. C’est le président en exercice du G5 Sahel, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré qui l’a annoncé à la fin de rencontre.

Il confie avec ses paires, ils ont passé en revue l’ensemble des questions qui concernent l’opérationnalisation de la force G5 Sahel, notamment dans sa phase de montée en puissance ; les questions qui concernent les engagements qui ont été pris de part et d’autres ; les questions de procédures qui selon lui, entachent aujourd’hui un certain nombre d’objectifs.

Il confie également qu’au cours des échanges, la situation précaire qui prévaut au Soudan, la situation algérienne, la crise libyenne et surtout son impact sur la sécurité dans la sous-région ont été débattues.

Si on veut le croire, ensemble, les cinq chefs d’Etat ont demandé à la Chancelière allemande d’user de son influence en Europe ainsi qu’au sein des autres institutions afin de faire un plaidoyer en faveur de la force conjointe, aussi sur l’ensemble des questions qui lui sont liées et qui sont des questions de préoccupation d’après lui.

Soutenant les propos de Roch Marc Christian Kaboré, Angela Merkel a reconnu que la crise libyenne a déstabilisé la sous-région. Soucieuse d’un retour de la paix, elle confie qu’il est important de se concentrer sur la Libye ; car « personne n’a intérêt que s’installe le chaos dans ce pays et même dans la sous-région » a-t-elle soutenu.

Elle a rappelé que les chefs d’Etat du G5 Sahel ont plaidé pour que la force conjointe soit sous mandant Onusienne comme la Minusma. Pour sa part, elle promet travailler pour aider les cinq pays dans cette guerre contre le mal.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *