Procès des ex-RSP : Le caporal Madi Ouédraogo condamné à 15 ans de prison

Le verdict du procès des ex-éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) est tombé ce mercredi 18 janvier 2017 à Ouagadougou. 20 des accusés ont été condamnés à des peines d’emprisonnement ferme allant de 6 mois à 15 ans et 9 ont été acquittés.

Le procès des ex-RSP aura tenu en haleine tout le peuple burkinabè. Une vingtaine de jours ont été suffisants pour connaitre le verdict de ce procès. 20 accusés ont en effet été condamnés entre 6 et 15 ans d’emprisonnement ; et 9 ont été acquittés. Sur les 20 reconnus coupables, trois ont écopés de 15 ans d’emprisonnement ferme. Il s’agit en effet de celui autour de qui le procès s’est déroulé à savoir, le caporal Madi Ouédraogo et deux autres que sont le civil Cheick Alassane Ouédraogo dit Ladji et de Mahamadi Zallé.
15 autres ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. Ces dernier sont : le caporal Soumaïla Diessongo, le caporal Marius Yerbanga, le soldat de première classe Dramane Coulibaly, le soldat de deuxième classe Ousmane Sana, le caporal de première classe Bakary Sanou, le soldat de première classe Koilabour Flugence Bassolé, le caporal Yemdaogo Bontogo, le soldat de première classe Pascal Kietega, le soldat de première classe Moussa Ouédraogo, le soldat de deuxième classe Sékou Tamboura, le soldat de première classe Armand Bassibié Bado, le caporal Bapandi Ouoba, le caporal Nogban Alexis Mamboné, le soldat de deuxième classe Loba Kondé, et le soldat de première classe Attina Haro.
Les 6 mois de prison ferme ont été prononcés contre Sawadogo Ousmane et Abdoul Aziz Yiougou.
Si 20 des 29 accusés ont été condamnés en fonction des charges qui leurs sont reprochés, neuf en revanche ont été acquittés. Il s’agit des sergents Ollo Stanislas Silvère Poda, Ali Sanou et le soldat de première classe Zouré Boureima, Gilbert Guira. Il important de souligner que ces derniers ont été déclarés non coupables de complot militaire au bénéfice du doute. Ils ont 5 jours à compter de la date du délibéré pour se pourvoir en cassation.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *