Protection des personnes handicapées : Un atelier de 5 jours pour trouver des solutions idoines

Dans le cadre de l’élaboration du rapport initial du Burkina Faso pour le suivi de la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et de la loi N°012-2010/AN du 1er avril 2010, le secrétariat permanent du Conseil national multisectoriel pour la protection des personnes handicapées (SP/COMUD/Handicap) a organisé un atelier sur le sujet le mardi 29 novembre 2016 à Ouagadougou. Ledit atelier permettra aux différents acteurs d’examiner et de valider lesdits documents afin de procéder au lancement des activités de collectes de donnée sur le terrain.

Les handicapés sont des personnes intégrantes à part entière de la société burkinabè et contribuent au développement du pays. L’Etat burkinabè en est conscience et c’est ce qui a motivé sa ratification de la convention des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées le 23 juillet 2009 si on en croit la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo. D’après elle, à travers ladite ratification, le Burkina Faso s’est engagé à rendre compte de l’évolution de la mise en œuvre de ses engagements internationaux par l’élaboration des rapports et ce, conformément à l’article 35 de ladite convention. En rappel, ledit article stipule : « Chaque Etat partie présente un rapport détaillé sur les mesures qu’il a prises pour s’acquitter de ses obligations et sur les progrès accomplis à cet égard dans un délai de deux ans à compter de la ratification ». Elle estime que pour ce faire, notre pays devrait élaborer et transmettre son rapport initial sur la mise en œuvre de la convention depuis juillet 2011, mais compte tenu de multiples contraintes sociopolitiques et économiques qu’il a connu, il n’a pas pu respecter son engagement. C’est donc pour remédier à cette situation qu’il a œuvré à la création du Conseil national multisectoriel pour la protection des personnes handicapées (SP/COMUD/Handicap) et son secrétariat permanent, a souligné la ministre. C’est ce dernier qui a organisé le présent atelier qui va s’étaler sur 5 jours.
L’objectif de l’atelier

2L’objectif général dudit atelier selon Laure Zongo, est d’examiner et de valider les indicateurs ainsi que les outils de collecte des données, et de lancer officiellement le processus d’élaboration du rapport initial du Burkina Faso sur la mise en œuvre de la convention relative aux droits des personnes handicapées. Les objectifs spécifiques à atteindre dans ce processus sont : examiner les indicateurs et les fiches de renseignement ainsi que les guides d’entretiens par domaine ; valider les indicateurs et les fiches de renseignements ainsi que les guides d’entretiens par domaine ; former les acteurs chargés de la collecte de données au niveau de chaque région sur l’utilisation des outils de collectes de données ; lancer officiellement le processus d’élaboration du rapport initial a confié Laure Zongo. Au regard de ces objectifs précités, le SP/COMUD/Handicap attend les résultants suivants : les indicateurs et les fiches de renseignements ainsi que les guides d’entretiens par domaine sont examinés et amendés ; les indicateurs et les fiches de renseignement ainsi que les guides d’entretiens par domaine sont validés ; les acteurs chargés de la collecte des données sur le terrain sont formés à l’utilisation des outils de collecte de données ; le processus d’élaboration du rapport initial est officiellement lancé.
Au regard de l’importance de l’atelier, la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille Laure Zongo a exhorté les participants à s’investir pleinement dans les travaux afin de permettre au secrétariat permanent du SP/COMUD/Handicap d’avoir des instruments fiables, consensuels et correspondants aux besoins de la communauté internationale.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *