Rencontre président du Faso et producteurs à la 21e édition de la JNP : Roch appelle l’Etat à payer à temps ce qu’il doit aux paysans

Pour clôturer la 21e édition de la Journée nationale du paysan (JNP) qui s’est tenue dans la cité du Bafudji du 25 au 27 avril 2019, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a rencontré les producteurs venus des 13 régions du Burkina avec qui il a eu des échanges directs et francs. C’était ce samedi 27 avril 2019. Les paysans ont présenté au chef de l’Etat leurs préoccupations et recommandations, qui à son tour, leur a rassuré de leur examen par le gouvernement. Il a également invité l’Etat à payer à temps ce qu’il doit aux paysans.

C’est fini pour la 21e Journée nationale du paysan (JNP) qui s’est tenue du jeudi 25 au samedi 27 avril 2019 du côté du Sud-Ouest notamment à Gaoua dans la cité du Bafudji. Cette édition sera marquée par la rencontre qu’il y a eu entre le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et les producteurs venus des 13 régions du Burkina pour l’occasion. Quatre heures, c’est le temps qu’aura duré cette rencontre d’échanges qui a marqué la clôture de la journée. La rencontre a été marquée par quatre grandes étapes à savoir : la présentation du bilan de l’édition précédente ; la présentation par les producteurs des 13 régions, les associations des producteurs, de leurs préoccupations et les recommandations ; les interventions des ministres interpellés par les paysans ; et la synthèse du premier des burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré.
Il faut le dire, les préoccupations et recommandation des producteurs des 13 régions pour la plus part se rejoignent. Il s’agit du désenclavement des zones à travers le bitumage des voies ; la cherté des équipements ; la concurrence déloyale des produits industriels exportés ; la sécurisation des zones en proie aux violences ; aux menaces et attaques terroristes ; la mise en place des unités de transformation des produits ; la construction de barrages et de retenues d’eau ; etc.
Avant d’apporter des réponses aux préoccupations et recommandations des producteurs, le chef de l’Etat qui a dirigé les débats, a invité les ministres interpellés par les paysans à se prononcer. C’est à la suite de leurs interventions, qu’il a fait la synthèse qui a mis fin non seulement à la rencontre mais aussi à la Journée nationale du paysan, édition 2019. Tout en rassurant les producteurs de l’examen de toutes les questions et préoccupations formulées, Roch Marc Christian Kaboré leur promet que son gouvernement mettra tout en œuvre pour que les en engagements pris, soient respectés. Désireux de la protection de la production locale, il a invité le peuple burkinabè à consommer local, et à inviter qui de droit à vérifier les produits exportés pour la santé des populations. Convaincu que l’agriculture occupe une place de choix dans le développement d’une nation, le président du Faso a invité les producteurs à faire de l’agriculture, un busines, une affaire. Pour lui donc, il est important de produire plus et il a invité les concernés dans ce sens. Il les a également invités à s’organiser. Tout en les rassurant de l’accompagnement de l’Etat, il a déclaré : « que l’Etat paye à temps ce qu’il doit aux paysans ».

La sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité

« Défi de la sécurité alimentaire dans un contexte d’insécurité : Quelles stratégies d’accompagnement des exploitations agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques ? », c’est le thème choisi pour l’édition de la JNP de cette année. Pour le président du Faso, il s’agit d’un thème complexe. Rappelant le contexte dans lequel cette édition s’est tenue, il estime que cela montre la résilience du peuple Burkinabè. Reconnaissant que le Burkina est dans une situation de lutte contre le terrorisme, le patron de la cérémonie fait comprendre qu’il s’agit d’une lutte de longue année. Pour cela, il a invité le peuple burkinabè à la retenue, à rester debout dans la lutte contre le mal et avoir de la retenue quel que soit la situation qui se présente. C’est important selon lui, et il le fait savoir à travers cette déclaration : « nous sommes tous des Burkinabè ». Pour le premier des Burkinabè, l’on ne doit plus jamais vivre au Burkina Faso, les évènements douloureux de Yirgu et autres. Il a pour sa part invité les uns et les autres à promouvoir le dialogue dans toute situation. C’est sur cette invitation qu’il a mis fin à l’édition 2019 de la JNP. En entendant la 22e édition qui se tiendra en 2021, Roch Marc Christian Kaboré a souhaité une bonne campagne pluvieuse aux producteurs.
Il faut rappeler qu’au cours de la rencontre, la Chambre de l’agriculture a fait du président du Faso, l’ambassadeur des paysans en lui donnant sa carte de l’agriculture.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *