Réussite de la campagne agricole 2017-2018 dans le Centre-Ouest : Grâce aux champs écoles il y a de quoi être optimiste

Dans le cadre de sa tournée de suivi de la campagne agricole 2017-2018, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo était dans le Centre-Ouest le lundi 28 août 2017. Il a visité des exploitations agricoles qui lui ont donné de l’espoir quand à une bonne campagne agricole dans la région.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo était dans le Centre-Ouest le lundi 28 août 2017. Il a visité des exploitations agricoles dans la région. Pour ses deux premières visites, il s’est rendu dans les champs de Koudougyandé Zongo et de Pascal Ouédraogo. Situés respectivement dans les villages de Sogpelcé et de Ramongho, ils sont étendus sur une superficie de 1,5 ha chacun. Cette visite a permis au patron de l’agriculture de toucher du doigt les réalités des producteurs et de rester optimiste quand à la réussite de la campagne. Si dans l’ensemble l’on peut qualifier de satisfaisante lesdites productions, Koudougyandé Zongo n’a cependant pas manqué de soulever quelques inquiétudes. Elles se résument à la pluviométrie qui selon lui n’est pas bonne cette année, le coût des engrais, les difficultés pour terminer le bassin de retenue d’eau. Il ne désespère pas pour autant, et espère que la visite du ministre va faire bouger les choses de façon positive. Pascal Ouédraogo, président des producteurs de Ramongho a quand à lui donné des détails sur son exploitation. Propriétaire d’un terrain de 5 ha, il n’exploite que 1,5 ha pour la consommation familiale. Si son champ de maïs pousse sans grande difficulté, c’est grâce à la mise en application des conseils recueillis auprès des agents de l’agriculture. Il veut parler des champs écoles qui grâce à leurs technologies ont permis aux producteurs de la région d’espérer une bonne récolte à la fin de la campagne agricole. Le ministre l’a confirmé : « Les champs écoles ce sont des champs expérimentaux qui montrent la différence entre les technologies utilisées par le passé et celles qui sont développées actuellement. Le constat est clair, déjà ceux qui appliquent les technologies des champs écoles ont des résultats très probants ». Il faut le noter, la grande partie des producteurs dans la région de diverses variétés de semences céréalières à savoir maïs, sorgho, niébé, arachide, mettent en pratique les technologies des champs écoles ; et n’hésitent pas à les saluer. Ils sont tous unanimes quand à son grand apport dans le bon développement des productions. En rappel, le ministre à Ramongho a visité deux autres champs qui font la fierté des propriétaires, l’un de maïs, l’autre de niébé qui sont des produits des champs écoles.

Dame Rasmata Kaboré l’exemple à suivre

Comme souligné un peu plus haut, les technologies des champs écoles sont très prisées dans la région du Centre-Ouest. A Kongssin elles sont utilisées par les producteurs. Rasmata Kaboré ne dira pas le contraire. Propriétaire d’une exploitation, de 1,5 ha de maïs ; 1 ha de sorgho ; 0,25 ha d’arachides ; 0,50 ha de niébé ; et 0,25 ha de riz ; elle a confié que c’est à la suite d’une formation d’un champ école dont a bénéficié une association dont elle fait partie, qu’elle a décidé de relever le défi de la production agricole. A l’en croire, après la formation reçue, l’association des femmes dont elle est membre, a mis en pratique les conseils reçus, ce qui naturellement à été bénéfique. Ce basant sur cette expérience, elle va solliciter l’accompagnement de son mari à entreprendre seule raconte-elle. Elle ne sera pas déçue car pour cette première expérience personnelle, elle peut être fière des champs écoles. D’ailleurs elle prévoit après la récolte un bénéfice de 1 109 500 francs CFA. Le ministre en charge de l’agriculture l’est aussi. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a annoncé lors de sa visite du bas-fond rizicole de Tialgo que des négociations sont en cours avec la Chine Taïwan pour que les formations soient multipliées.
Il faut souligner que le bas-fond rizicole de Tialgo est un champ de riz d’une superficie de 19,5 ha. Il est détenu par 302 producteurs dont 215 femmes et 87 hommes. La présence du ministre dans ladite exploitation a été marquée par la remise du matériel aux producteurs. Il est constitué de 80 faucilles, sept pelles, 10 pioches, 10 dames et cinq brouettes.

Situation de la campagne agricole 2017-2018 dans le Centre-Ouest

Pour cette tournée, le ministre n’a pas fait que visiter les productions agricoles. Il a également rencontré les acteurs au développement de la région après la visite. Cette rencontre a permis auxdits agents de lui faire le point sur la Situation de la campagne agricole 2017-2018 dans le Centre-Ouest. Il est ressorti au cours des échanges que la campagne agricole dans la région est marquée par : un bon démarrage du régime pluviométrique en avril ; une installation difficile de la campagne agricole ; une apparition de la chenille légionnaire dans la région ; des mesures de soutien et d’accompagnement pour la mise en œuvre différents programmes du MAAH. Pour ce qui est de la pluviométrie, les experts ont relevé : un taux moyen de remplissage des retenues qui est estimé à 85% ; la dégradation des barrages à savoir : le mauvais état des digues comme les affaissements, l’érosion, les fissures/ravines, les fuites ; l’envasement des retenus d’eau à l’Ouera, Yaoguin, Mogueya, Silly et Lou ; le mauvais état des déversoirs (rupture, fissure) : Yaoguin, Yargho Kamedji, Silly, Lou, Sala ; epandage de la fumure organique, labour, et semis presque 100% ; le sarclo-binage entre 50 et 75% ; le traitements phytosanitaires (niébé, céréales): 25 % ; etc.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *