Sites miniers: L’ORCADE outille les élus locaux …

L’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE) organise du 12 au 13 janvier 2017 un atelier de formation au profit des élus locaux, des populations de communes minières et des organisations de la société civile impliquées dans le secteur minier. Cette formation qui se tient à Ouagadougou a pour objectif d’outiller les participants sur les dispositions légales et réglementaires qu’offre le nouveau code minier aux communautés locales et sur le fond minier de développement local créé par ce code.

Trois thèmes seront développés au cours de cet atelier qui s’est tenue pendant deux jours et qui a été organisé par l’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE) au profit des élus locaux, des populations de communes minières et des organisations de la société civile impliquées dans le secteur minier.
Il s’agit d’abord, de la législation minière et du développement local au Burkina Faso (nouveau code minier, ses innovations majeures favorables aux populations des sites miniers et le fonds minier de développement). Ensuite, la communication sera accentuée sur les stratégies d’approches pour les populations et les élus locaux en matière de surveillance des opérations des entreprises minières pour de meilleurs profits de l’exploitation industrielle de l’or. Enfin, le concept de la responsabilité sociale des entreprises minières mettra fin à l’atelier.
Selon le chargé de programme de l’ONG OCARDE, Jonas Hien, cet atelier de formation vient du contexte qu’un nouveau code minier a été adopté au Burkina Faso depuis juin 2015. Et aussi l’arrivée de nouveaux élus locaux dans les conseils municipaux des communes minières qui jusque-là, ne connaissent pas grande chose sur le nouveau code. Cette nouvelle loi minière, faut-il le rappeler, vise entre autres, à maximiser les retombées de l’exploitation industrielle de l’or au profit des communautés locales. A cet effet, le code minier a créé un fond minier de développement local pour soutenir la mise en œuvre des plans régionaux et communaux de développement. Jonas Hien a également mentionné que cet atelier a été une mise à niveau des nouveaux élus locaux afin qu’ils soient apte à contribuer au développement du secteur minier, à tirer profit de l’exploitation industrielle de l’or au profit de leurs communes, à mieux gérer les ressources financières qui leur seront allouées par le fond minier de développement local et créer des conditions durables d’exploitation apaisée des ressources minières. Au total, ce sont huit communes qui ont pris part à cet atelier de formation.

Ce sont entre autres: TAPARCO, INATA, BISSA GOLD, POURA, JUGA. Revenant sur le choix de POURA, le chargé de programme de l’ONG OCARDE, Jonas Hien a souligné que bien que ce site ne soit pas fonctionnel il a plusieurs expérience a partagé en matière d’une exploitation échouée d’un site minier. En effet, ce site d’or a été contraint de fermer ses portes pour des raisons lui concernant. Jonas Hien indique que cette fermeture a eu d’énormes conséquences sur la vie socio-professionnelle et économique des populations résidentes de cette commune. C’est pourquoi cila été pris comme exemple pour éduquer les participants, a-t-il soutenu.
Pour finir, le chargé de programme de l’ONG OCARDE a martelé que cet atelier qui réunit les élus locaux et les populations des huit sites miniers est le début d’une série de formations similaires au profit de toute les communes qui abritent les mines industrielles avec les appuis financiers d’Oxfam America et EIRNE, une ONG allemande.

Par Théophile KABSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *