Témoignage d’un Justiciable : l’ancien ministre de la justice, Zakalia Koté m’a ruiné

 

 Le journal Mutations  N°098  paru dans le mois d’Avril 2016, sous le titre « Palais de Justice sept (7) Juges accusés d’extorsion de soixante dix sept millions (77 000 000) de FCFA », a levé le coin d’un voile que beaucoup du commun des Burkinabè hésiterait à faire, tant il est difficile de comprendre et de croire que certains de ces soi-disant hauts cadres, notamment des magistrats, très bien payés pour ne pas connaître des faits de corruption soient malheureusement au centre ou aux contours de certaines pratiques peu orthodoxes, ternissant ainsi l’image de tout un corps qui restait et demeurait le seul refuge, sinon le dernier recours du citoyen Burkinabè à des moments où la morale agonisait au Burkina-Faso.

Après lecture de cet article je me suis senti obligé de sortir de ma réserve pour témoigner de ce que j’ai subi par la faute justement de ces magistrats qui faisaient la pluie et le beau temps sous le régime Compaoré.

 Je suis Adama TRAORE né le 18/12/1951 à Bobo-Dioulasso commerçant actuellement en extrême difficulté, ancien ami d’un Juge officiant alors dans la même-ville en qualité de Président du Tribunal de Grande Instance du nom de Zakaria KOTE dont pourtant à son arrivée à Bobo dans les années 89 – 90 le suivi professionnel, devait en faire une référence, mais hélas, et dommage, et Dieu seul le saurait, pourquoi a-t-il tourné dos à sa foi et à son serment car, il avait la possibilité d’être crédible mais le gain de l’appât à fini par le faire mordre.

Que s’est-il passé ?

 Pendant que notre amitié était en pleine lune profitant de mes nombreuses largesses à lui et à son épouse, et n’étant pas lié à lui pour des problèmes judiciaires dont je le défis, s’il a eu durant plus de trois (03) ans à régler un problème de justice me concernant au grand-jamais, c’est alors qu’il me fit savoir qu’un de ses parents, en la personne de Monsieur GO Dokié qui était à l’époque à la Dima « Direction des Intrants et de la Mécanisation  Agricole » qu’il avait la possibilité d’intervenir auprès de celui-ci afin d’obtenir des intrants que je pouvais vendre et faire prospérer mes affaires du fait des ponctions occasionnées par ces multiples relations parasitaires dont lui et ses nombreux collègues Juges et autres qu’il ne cessait de les amener vers moi à tout temps et qu’en contre partie il souhaiterait avoir un bon véhicule, c’est alors que je lui fis comprendre qu’en ce moment j’ai pas de problème de trésorerie et que ses intrants seraient vendus à perte, j’ai peur des crédits et que même je travaille avec mes propres sous que j’ai ramené du Sénégal après 15 ans passés, et qu’il venait même chez moi à Dakar étant à l’université, donc j’ai peur des crédits, la soif de remplacer sa vielle Mazda 323 de couleur jaune et très fatiguée, m’oblige alors à prendre ses fameux intrants qui détruiront toute ma vie et celle de ma famille.

Dès la conclusion de cette affaire, une reconnaissance de dette fut établie et contresignée par KOTE lui-même comme aval – (dont copie sera joint) notre cercle d’amitié, qui s’agrandissait au gré de Monsieur KOTE, c’est ainsi qu’outre les liquidités journalières et les sorties en bistrots, les enveloppes par çi par là et KOTE étant un grand consommateur de whisky je me suis trouvé à plus de quinze millions (15 000 000) de FCFA que m’ont valu cette relation et ses prolongement en l’espace de quelques 8 mois sans compter la voiture tant sollicitée. Pour mémoire, je m’étais rendu en France où j’ai ramené huit (8) voitures d’occasions, c’est dans ce lot que j’ai extrait une Peugeot 305 Berline Blanche Immatriculée (42-42 QX 16) avec frais de dédouanement à mes frais 245-246F et une valise de layette de bébé pour son épouse qui devait bientôt accoucher leur 2e enfant une fille à Bobo.

La voiture d’un coût de deux millions cinq cent mille (2 500 000) FCFA, layette sept cent mille (700 000) FCFA en plus de dédouanement, étant importateur de véhicule d’occasion KOTE porta son choix sur la R18 du lot qui était une commande, je lui fis comprendre que l’intéressé avait déjà fait un acompte et c’est là que je signais la fin de ma mort.

Malgré cette belle 305 que j’ai repeint à nouveau et jusqu’à ce jour il n’a daigné payer un centime sur les deux millions cinq cent mille (2 500 000) FCFA. Tout cela dura deux mois à peine KOTE rentré en possession de la voiture rompit les relations avec moi jusqu’au jour où un ami est venu me chercher à domicile à 01h du matin m’amener au bar Samora Machel Trouver KOTE et ses amis dire qui y étaient en train de médire sur moi.  En effet, il disait à ses amis de bar que  comme j’ai refusé de lui donner la R18, il s’est juré de me mettre à genoux.

Zakalia Koté
Zakalia Koté

Quelques semaines après, et en dépit de tous les règlements partiels que j’ai effectués,  la Direction des intrants et de la mécanisation agricole m’intima par lettre de rappel d’avoir à lui devoir la somme de 3 800 000FCFA que j’ai contesté, l’ensemble attesté par le rapport d’un cabinet d’Expertise comptable de Bobo. C’est alors que Monsieur KOTE  mis son plan de démolition totale à exécution en complicité avec son parent GO Dokié Directeur de la Dima.

Un procès en 1ère instance présidé par KOTE lui-même co-signataire de la même reconnaissance de dette me condamnait à 18 704 000FCFA (montant contesté par lettre de rappel de 3 800 000FCFA. Malgré tout, je me vis condamné à 18 764 000FCFA. Quelle cruauté!

C’est ainsi que tous mes biens ont été saisis et jusqu’à ce jour aucun bilan. Toutes mes démarches à la cour d’appel et de cassation n’ont rien produit. Ces mêmes Juges se disant solidaires ont encore tout torpillé.

Biens saisis

  • 1 concession de 700m² à Accart ville évalué à plus de 25 000 000FCFA
  • 2 Biens mobiliers dans la villa estimée à 8 000 000FCFA
  • 1 Camion Benne Berliet à 5 500 000FCFA
  • 1 Tracteur agricole massey-Ferguson 185 payé à Fara Koba à 3 500 000FCFA
  • 1 Remorque de tracteur à 800 000FCFA
  • 1 Charrue à trois disques à 1 500 000FCFA
  • En plus des sommes versées en espèces dont reçus disponibles contre un crédit de 14 000 000FCFA

Voici en résumé ce que KOTE Zakalia m’a rendu en échange de son ingratitude, et après cette atteinte grave à la vie de son prochain, son parent GO Dokié lui offrit une voiture 305 Break, qui a faillit le tuer devant l’ancien Transafricaine de Bobo où il heurta un arbre dans un état d’ébriété.

Pour conclure je vais vous relater un autre fait les plus obscures effectué par KOTE Zakalia.

A travers ce récit, je vous relate ici la personne de KOTE Zakalia et suis prêt pour toute réplique et de son parent GO Dokié ?

Le Palais de justice de Bobo en son temps était sous sa tutelle quel juge au temps de KOTE qui n’a pas plié l’échine devant GO Dokié ? Combien parmi eux ont eux des véhicules à titre gratuit de services rendus ? Au Palais de Bobo, si ce palais a été brûlé pendant l’insurrection, ce n’est pas pour rien. Des juges escrocs qui se reconnaissent dans ces lignes ayant séjourné plus de 10 ans dans la même juridiction, qui vidaient les délibérations à leur lieu de jeu de cartes ludo et damier. Venus à Bobo tout piteux, de misérables familles qui n’exerçaient qu’aux ordres de GO Dokié, ces juges véreux ont été à la base de saisis de plus de 15 maisons d’autrui. Ces  maisons ont été revendues  mais rien n’a été versé à la DIMA.

L’ingratitude se paye ici bas.

Voila-en quelques lignes des faits réels de ces manipulateurs sans foi et sans dignité que je tenais à partager avec l’opinion. Tout en restant convaincu que l’ingratitude se paye ici bas.

Adama TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *