Protection de l’environnement : Le FPDCT apporte sa contribution

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités marquant les festivités du 10e anniversaire du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT), le directeur général Bruno Dipama et ses collaborateur ont procédé à des reboisements dans les communes rurales de Komsilga et de Saaba respectivement les 23 et 24 août 2019. Au total 2200 plants ont été mis en terre par les agents du FPDCT dans le but de reverdir le couvert végétal du Burkina Faso.

Après les communes rurales de Konki Ipaala et de Tanguin Dassouri, les agents du Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) avec en tête le directeur général, Bruno Dipama étaient dans les communes rurales de Komsilga et de Saaba respectivement les 23 et 24 août 2019 pour accomplir leur devoir citoyen. Comme dans les deux premières communes, ils ont procédé au reboisement à Komsilga et à Saaba. L’objectif selon le premier responsable du FPDCT est de reverdir le couvert végétal du Burina Faso à travers l’opération 10 000 plants lancée le 20 juillet dernier dans la commune rurale de Pabré. Ils ont en effet mis en terre 2200 plants comme l’indique le DG qui a pris part à l’opération. A Komsilga ce sont 700 plants qui ont été mis en terre. A Saaba, ce sont 1 500 qui ont été mis en terre soit 700 plants dans la forêt communale située dans le village de Tansoabtenga et 800 plants dans la forêt régionale. Ce bilan a été fait par Bruno Dipama qui justifie l’opération 10 000 plants par la volonté des agents du Fonds de contribuer à la protection de l’environnement.
L’acte posé par le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales n’a pas laissé indifférent les autorités communales à l’image du maire de la commune de Saaba, Joseph Dipama qui n’a pas manqué de saluer l’initiative. « L’initiative est louable » a-t-il souligné. Pour sa part, il a invité d’autres structures à emboiter le pas du FPDCT. « Si partout au Burkina Faso il y a des initiatives de ce genre, notre pays sera vert sur une grande partie du territoire » a soutenu le premier responsable de la commune de Saaba. Il sera rassuré par le premier responsable du FPDCT qui affirme : « nous pensons que nous allons rééditer une telle opération parce que quand on plante un arbre ce n’est pas pour soit même, c’est pour les citoyens et surtout pour les générations à venir ».
Il ne suffit pas de planter des arbres, l’important c’est de les entretenir. Bruno Dipama le sait, c’est pourquoi il a annoncé la signature d’une convention de gestion avec la commune. C’est important car « c’est bien de porter en terre un nombre de plants, mais il est important de les entretenir afin qu’ils deviennent utiles à nous-même et aux générations à venir ». Il a pour sa part invité les autorités des deux communes à œuvrer afin d’entretenir les jeunes puces. Il sera rassuré par Joseph Dipama qui déclare : « nous allons nous organiser au côté des forestiers, à veiller à ce que les plants qui viennent d’être mis sous terre, arrivent à survivre ».
Rappelons que c’est dans une ambiance de tristesse que s’est déroulée l’opération de reboisement sur les différents sites. Le souvenir des 24 soldats tombés sous les balles assassines des forces du mal est toujours vif dans l’esprit des agents du FPDCT et ceux des différentes mairies. Le directeur général du FPDCT le confirme quand il déclare : « à chaque fois que nous portons un plant en terre, les souvenirs sont vifs pour ces dignes fils qui sont tombés pour la nation ». D’après lui, leur sacrifice n’est pas vain parce qu’il va servir de semence qui va activer en chacun des Burkinabè un engagement à construire ensemble le Burkina Faso toujours plus grand, toujours plus beau, toujours plus respecté.
Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *