Accord CS-MEF et Gouvernement : des syndicats crient à la trahison

L’Organisation nationale des Syndicats libres du Burkina (ONSL) est monté au créneau pour dénoncer le « traitement discriminatoire » des travailleurs de l’Etat par le gouvernement. Le syndicats estime que l’accord trouvé entre le gouvernement et la coalition des syndicats du ministère de l’économie et des finances(CS-MEF) est une trahison de tous ceux qui ont pris part à la conférence des forces vives de la nation sur le système de rémunération des travailleurs de l’Etat qui a eu lieu les 12, 13 et 14 juin 2018 à Ouagadougou.

L’Organisation nationale des Syndicats libres du Burkina (ONSL) a déploré le « traitement discriminatoire entre agents publics de l’Etat » sans y associer toutes les parties prenantes à la conférence nationale sur le système de rémunération. « Nous ne pouvons pas passer sous silence cette situation », a dit Paul Kaboré,  président de la Coalition des syndicats libres et indépendants, qui est motivé à dénoncer tout ce qui portera atteinte aux conclusions de la conférence nationale.

« C’est pourquoi nous dénonçons ces démarches cavalières du gouvernement qui remettent en cause les fondamentaux de la conférence et viennent renforcer l’iniquité constatée lors du diagnostic », s’est-il justifié. Le président de la coalition ajoute que ce comportement du gouvernement, à persister dans le traitement au cas par cas des revendications syndicales, est aux « antipodes de la recherche de l’intérêt général au détriment des intérêts partisans ». Toute chose qui vient exacerber la fronde sociale, selon lui.

Aussi, l’ONSL exige-t-elle, à défaut de l’atteinte des objectifs premiers de la conférence, l’élargissement des avantages concédés depuis la tenue de la conférence jusqu’à ce jour à tous les agents publics de l’Etat.

Wendwaoga Zagré

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *