Alassane Bala Sakandé aux apprentis politiques de la zone UEMOA : « Si vous attendez que les ainés vous donnent le pouvoir vous allez attendre des lustres »

Le président de l’Assemblé nationale Alassane Bala Sakandé a reçu en audience respectivement, la promotion 2019 des participants du programme PIPA et l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, le vendredi 26 juillet 2019. Les apprentis politiques venus de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Burkina Faso ont échangé avec le patron des élus nationaux sur son expérience politique, et lui n’a pas manqué de leur prodiguer des conseils. En fin de mission au Burkina Faso, le diplomate français quant à lui, est venu dire au revoir au patron du législatif.

La journée du vendredi 26 juillet 2019 à l’Assemblée nationale a été marquée par une série d’audiences accordées par le président de cette institution, Alassane Bala Sankandé. Parmi elles, figurent la rencontre entre le patron des lieux et les jeunes des partis politiques de certains pays de la zone UEMOA, et le tête-à-tête avec l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes. Pour ce qui est de la première audience qui est une initiative du programme PIPA, l’objectif est d’amener la promotion 2019 des participants de ce programme à échanger avec le président de l’Assemblée nationale sur le fonctionnement de l’institution ; surtout que ce dernier puisse partager avec ces jeunes en formation, son expérience politique. Ces propos sont du coordonnateur de PIPA Abdoul Karim Sangou. Il confie que Alassane Bala Sakandé leur a prodigué des conseils, leur a donné des orientations concrètes sur comment ils doivent construire leur carrière politique tout en les invitant à cultiver le vivre ensemble.
Les propos du coordonnateur du programme PIPA ont été confirmés par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé qui a confié avoir invité ces jeunes issus de la Côte d’Ivoire, du Togo et bien sûr du Burkina Faso à se former et travailler. « C’est important car la formation en politique est très essentielle » a-t-il soutenu. Au-delà de la formation, ils doivent s’accoutumer à la lutte, a indiqué le patron des députés. Il soutient à cet effet : « en politique on ne croise pas les bras et attendre que les ainés prennent le pouvoir pour vous le donner ». Se basant sur son expérience, il fait comprendre à ses invités que s’ils attendent que les ainés leurs passent le témoin au lieu de se battre, ils vont attendre des lustres. Si le premier des élus nationaux a invité les apprentis politiques à se battre, il a insisté sur le fait que cela doit se faire dans la discipline. Pour sa part, il a salué l’initiative du programme PIPA.
Avant de prendre congé des jeunes politiciens, Alassane Bala Sakandé est revenu sur le dialogue politique qui a rendu ses conclusions le 22 juillet dernier. Regrettant le fait qu’il n’y ai pas eu de décisions ou de recommandations en faveur de la jeunesse, il a invité tous les acteurs politiques aussi bien du Burkina Faso que d’autres pays à tenir compte de cette jeunesse. C’est important selon lui parce que « c’est elle qui est appelée à diriger nos Etats, nos institutions dans les prochaines années » a-t-il conclu.

L’au revoir de l’ambassadeur de France au président Sakandé

A la suite de la promotion 2019 des participants du programme PIPA, c’est l’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes à qui le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a accordé une audience. En fin de mission au Burkina Faso, il dit être venu dire au revoir au président Sakandé. Il confie qu’au cours des échanges, ils ont discuté de ce qu’ils ont fait ensemble, de ce qu’ils n’ont pas réussir à faire ensemble et de ce qu’ils ont commencé à faire et qu’ils n’ont pas terminé. Sur ce point, il indique que son successeur poursuivra avec les dossiers en instance. Les deux hommes ont également discuté de la diplomatie parlementaire. Le diplomate qui rassure que le parlement de son pays et celui du Burkina Faso entretiennent une collaboration saine, a souhaité qu’ils continuent à travailler ensemble pour le bien et du Burkina Faso et de la France. Selon ses explications, le tête-à-tête avec le patron des lieux leur a permis de faire le bilan de la diplomatie entre les deux institutions. Le passage du diplomate au pays des Hommes intègres ne sera pas un regret car il confie avoir passé de bons moments durant sa mission. Avant de quitter la salle d’audience, il a rendu un hommage au défunt président Dr. Salifou Diallo avec qui il entretenait de très bonnes relations. Il a également salué la gestion de l’institution par l’actuel président, Alassane Bala Sakandé avec qui il entretient aussi de bonnes relations.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *