Alkassoum Maïga aux candidats du BAC session 2019 : « Vaut mieux être sûr d’avoir réussi 75% des épreuves, que de se précipiter pour tout rater »

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Alkassoum Maïga était à Koudougou ce vendredi 21 juin 2019 où il a procédé au lancement du baccalauréat au lycée professionnel Maurice Yaméogo. Il a prodigué des conseils aux candidats qui l’ont rassuré qu’ils sont prêts pour l’examen.

C’est avec une forte délégation que le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Alkassoum Maïga s’est rendu au lycée professionnel Maurice Yaméogo le vendredi 21 juin dernier. C’est dans cet établissement qu’il a procédé au lancement du baccalauréat session 2019. A son arrivé, il s’est entretenu avec le président du jury avant de se rendre dans certaines salles d’examen où il a procédé au lancement en ouvrant l’enveloppe dans laquelle se trouvait la première épreuve à laquelle sont soumis les candidats. Mais avant l’ouverture de ladite enveloppe, le ministre leur a prodigué des conseils. « Ne vous affolez pas, restez concentrer, lire et relire les épreuves, faire ce qu’il faut » leur a-t-il conseillé. Il poursuit : « vaut mieux être sûr d’avoir réussi 75% des épreuves, que de se précipiter pour tout rater ». Tout en rappelant aux candidats que c’est leur avenir qui est en jeu à travers cet examen auquel ils prennent part, il les a rassurés qu’il n’y a rien de sorcier et que c’est ce qu’ils ont vu tout au long de l’année qui va revenir. « Un examen n’est pas organisé pour recaler, mais pour évaluer » a soutenu Alkassou Maïga qui a invité les candidats à faire honneur à leurs parents en obtenant leur premier diplôme universitaire. Tout en soulignant qu’un examen n’est pas un concours, le ministre Alkassoum Maïga leur rappelle donc que les places ne sont pas limitées. Pour sa part, il a émis le souhait de voir tous les candidats réussir à l’examen. Il leur rappelle : « une fois que vous l’avez, vous n’êtes plus des élèves, mais des étudiants ».
Comme l’année passée, le baccalauréat de cette année se passe dans un contexte d’insécurité. Le premier responsable du département ministériel en charge de l’Enseignement supérieur, a rassuré que le gouvernement a pris les dispositions pour que l’examen se passe dans la sérénité. Il explique que l’inquiétude était du côté de Djibo et Pama, mais que les choses sont rentrées dans l’ordre.
Rappelons que la session normale 2019 de l’examen du baccalauréat enregistre un total de 110 508 candidats. Comparativement aux 96 774 candidats de la session 2018, on note une augmentation de 13 734 candidats ; ce qui correspond à une hausse de 14,19% de l’effectif de 2018. Sur les 110 508 candidats, on dénombre 65 491 garçons et 45 017 filles représentant respectivement 59,26% et 40,74% de l’effectif total des candidats inscrits en 2019. Le budget alloué pour l’organisation est estimé à 4 633 050 000 francs CFA.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *