Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel : « Sukaabérewle » le sous-projet salvateur

Le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille (FSNF) a organisé au profit des responsables administratifs, une rencontre de concertation et d’appropriation, le mardi 31 janvier 2017 à Ouagadougou. L’objectif de la rencontre est d’informer ces responsables sur le sous-projet « Sukaabérewle » et de mettre en place un dispositif organisationnel pour sa mise en œuvre et son suivi-évaluation.

« Le mariage des enfants est un phénomène social qui est une triste réalité dans notre pays. Les résultats de l’Enquête démographique et de santé (EDS) de 2010 indiquent que l’entrée en union surtout des femmes est très précoce au Burkina Faso. Environ 53% d’entre elles sont mariées avant l’âge de 18 ans et 10% avant l’âge de 15 ans. L’âge moyen d’entrée en première union des femmes est estimé à 17,8 ans avec une minorisation plus prononcée dans la région du Sahel où l’âge moyen est de 16,1 ans ». Ces statistiques alarmantes ont été données par le chef de mission Yves Zoubila Kaboré, représentant la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille (FSNF) lors de la cérémonie d’ouverture de la rencontre de concertation et d’appropriation de la mise en place du dispositif organisationnel pour la mise en œuvre et le suivi-évaluation du sous-projet « Sukaabérewle » ou lutte contre le mariage des enfants. Il a condamné le mariage des enfants comme étant une violation des droits des jeunes filles. C’est donc pour lutter efficacement contre ce « fléau », que le Burkina Faso a opté pour l’autonomisation des femmes a-t-il confié. Selon lui, le pays a de ce fait souscrit au projet sous-régional intitulé « Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel ». Le but est de contribuer à l’accélération de la croissance économique et du partage équitable de la prospérité si on s’en tient à ses propos. Il indique alors que le projet vise globalement à accélérer la transition démographique et à réaliser ainsi les objectifs plus larges qui consistent à déclencher le dividende démographique et la réduction des inégalités entre les sexes dans la région du Sahel. Les interventions proposées par le projet sont articulées autour de trois composantes principales. La composante 1 vise à créer une demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle ; en favorisant le changement social et comportemental et l’autonomisation des femmes et des adolescentes. La composante 2 vise à renforcer les capacités régionales afin d’améliorer l’offre en produits de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle, en personnel qualifié. La composante 3 vise à renforcer le plaidoyer et la concertation de haut niveau menés dans le cadre du projet et à renforcer les capacités pour l’élaboration des politiques et la mise en œuvre du projet. Ces informations ont été tirées dans un document élaboré par le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille pour expliquer le bien-fondé du projet.

« Sukaabérewle » un sous-projet plus que nécessaire

Il faut souligner que dans la mise en œuvre dudit projet, deux sous-projets à savoir : « Sukaabérewle » ou lutte contre le mariage des enfants et « entreprendre au féminin » seront exécutés, a confié Yves Zoubila Kaboré. Il a indiqué que le ministère à travers la Direction générale de la promotion de la famille et du genre a en charge la mise en œuvre du sous-projet « Sukaabérewle » ou lutte contre le mariage des enfants pour la période 2016-2019. La gestion et le pilotage de ce sous projet ainsi que le rôle et les responsabilités des différents acteurs impliqués dans sa mise en œuvre nécessite une compréhension commune a relevé le représentant du ministre. A travers ces mots, il justifie la tenue de la présente rencontre qui a pour objectif d’informer les participants et de mettre en place un dispositif organisationnel pour la mise en œuvre et le suivi-évaluation du sous-projet « Sukaabérewle ». L’objectif spécifique tiré du document se présente comme suit : présenter le projet « Sukaabérewle » à travers le cadre de performance, la description détaillée des activités et le dispositif de suivi évaluation du projet ; déterminer le rôle et les responsabilités des acteurs de mise en œuvre du projet ; donner des orientations pour la mise en œuvre des activités ; et recueillir les observations des acteurs en vue d’une bonne mise en œuvre du projet.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *