Candidatures à la chambre du commerce et d’industrie du Burkina : Boukary Ouedraogo dit Tintin dénonce une illégalité

Les candidatures à la chambre du commerce et d’industrie du Burkina continuent de défrayer la chronique. Cette fois ci, c’est une affaire qualifiée de coup d’Etat qui est révélée. L’homme d’affaire et candidat à l’élection présidentielle de novembre 2015 Boukary Ouédraogo dit Tintin en est la victime. Selon un journal de la place, il serait évincé de son poste de Président de l’Association des promoteurs immobiliers du Burkina (APIB). De quoi choquer Tintin qui crie au putsch et pointe un doigt accusateur sur la chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCIB). Il a rencontré la presse ce jeudi 1er septembre 2016 pour livrer sa part de vérité.

C’est la course contre la montre avant les élections à la chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso. Dans cette course effrénée, tous les moyens semblent bons pour parvenir à ses fins et Boukary Ouédraogo dit Tintin en veut pour preuve des manœuvres au sein de l’association des promoteurs immobiliers du Burkina. Il serait évincé de son poste de président par un autre groupe. Face à la presse ce 1er septembre, Boukary Ouédraogo s’indigne. Selon lui, ces agissements visent à positionner un candidat à la chambre de commerce et d’industrie du Burkina. Quelqu’un qui se permet de défendre des causes, si on voit dans la presse qu’il est évincé d’un poste de président d’une association, ça donne à réfléchir. Est-ce que c’est le même Boukary Ouédraogo dit Tintin ou pas ? Si c’est lui, c’est sûr qu’il a fait des bêtises. Sinon, on ne peut pas se comporter de la sorte. Vous avez lu qu’ils ont fait leur assemblée générale en avril 2016, le journal a paru le 29 aout 2016 et on parle de candidatures de la chambre de commerce du sieur Wend Panga. Donc c’est fait à dessein, soutient Tintin. Ce poste à la chambre de commerce et d’industrie du Burkina serait la face cachée donc de cette affaire parue dans les colonnes du journal Le quotidien. C’est en effet dans sa parution du 29 aout dernier que le voyageur de Guenon révèle qu’une assemblée générale tenu le 29 avril 2016 en l’absence de Boukary Ouédraogo avait élu un nouveau bureau avec à sa tète un certain Alain Zoungrana comme président. Une parade selon le conseil de Tintin pour designer légitimé Justin Ouédraogo dit Wend Panga, président directeur général d’une société immobilière de la place comme candidat de l’association à la chambre consulaire de la chambre de commerce et d’industrie.

dsc00226

Me Ahmed Ouédraogo, avocat de Tintin, à la presse : «  comment le monsieur en question va se retrouver candidat aux élections consulaires au nom de l’APIB, s’il n’est pas désigné par les instances officielles ? Donc, il faut faire des parutions publiques, en parler pour nourrir même l’idée qu’il a été désigné officiellement et légalement ». Mais selon le conseil, ni les textes statutaires, ni le règlement intérieur ont été respectés dans la constitution du prétendu bureau. « Dans le journal auquel nous nous referons, le bureau aurait été renouvelé en avril 2016 et donc nous n’avons trouvé aucune trace de renouvellement, aucune demande de récépissé donc ce qui se passe vous l’aurez compris est contraire même puis que l’association a été créée en 2011, elle est régie par la loi de 92 sur les associations, vous savez aussi que sous le CNT il y a une nouvelle loi qui régie les association mais qui ne concerne pas cette association par contre le renouvellement tombe sous le coup de la nouvelle association puis que la loi ne dispose que pour l’avenir et dans cette nouvelle loi évidement lorsqu’on renouvelle un bureau, il faut sous 15 jours se rapprocher des services compétents pour demander un récépissé, donc le nouveau bureau en question même est illégal », martèle fermement l’avocat maître Ahmed Ouédraogo. En attendant de tirer cette affaire au clair, Boukary Ouédraogo dit assumer ses fonctions de président de l’association des promoteurs immobiliers du Burkina jusqu’à la fin de son mandat. C’est-à-dire le 30 décembre 2016.

Dieudonné LANKOANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *