Gouvernance au Burkina Faso: “Le pouvoir MPP dans les mêmes abimes que le régime du CDP”, selon le Balai citoyen

Le mouvement de la société civile le Balai citoyen a rencontré les hommes des médias le jeudi 23 mai 2018 à son siège sis à Ouagadougou, pour donner sa lecture sur l’actualité nationale. Cette organisation de la société civile qui ” Blâme” le gouvernement actuel indiquera que “l’incapacité d’opérer une refondation dans la manière de gouverner a placé le pouvoir MPP (parti au pouvoir) dans les mêmes abimes que le régime du CDP”.

“Si le Balai citoyen doit attribuer une note au gouvernement par rapport à sa gestion des crises dans la fonction publique, c’est tout simplement un BLÂME”, a fait savoir Serges Bambara de son nom d’artiste Smokey, porte-parole du Balai citoyen à la conférence de presse de ce 23 mai. Pour le mouvement, “la gestion de la crise au Ministère de l’économie, des Finances et du développement (MINEFID), à la justice, à l’éducation, à la santé et dans tous les autres corps de metiers est scandaleuse.”

Cette organisation de la société civile qui était beaucoup impliquée dans les événements des 30 et 31 octobre qui ont connu la chute de Blaise Compaoré pense également que “l’incapacité du régime actuel à trouver des solutions justes, pérennes et durables à même de calmer le front social n’est que la conséquence de son échec sur le plan de la gouvernance”. L’incapacité d’opérer la refondation dans la manière de gouverner, poursuit Smokey, a placé le pouvoir MPP (Mouvement du Peuple pour le Progrès) dans “les mêmes abîmes que le régime du CDP (Congrès pour la Démocratie et le Progrès)”.

L’autre point abordé par le Balai citoyen à cette conférence de presse, c’est la question du terrorisme qui frappe le Burkina Faso depuis quelques années. Tout en saluant les succès enregistrés dans les différentes opérations lancées par les Forces de défense et de sécurité dans la lutte contre les attaques armées, le Balai citoyen a aussi rappelé que ” toutes ces opérations doivent être menées dans le respect des droits humains et que la guerre contre le terrorisme ne peut se gagner que dans cela”.

La question des violences communautaire a été également abordée. L’organisation de la société civile a souhaité que justice soit rendue aux victimes de toutes les violences communautaires meurtrières qu’à connues le Burkina Faso.

Le Balai citoyen dit s’opposer “énergiquement” au déclassement de la forêt de Kua qui devrait servir à la construction d’un hôpital. Pour le mouvement, déclasser cette forêt constitue “un crime et un pajure” de la constitution qui sacralise l’environnement dans son préambule en ces termes: “Conscient de la nécessité absolue de protéger l’environnement”.

Wend-waoga Zagré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *