Justice : deux ateliers pour renforcer les capacités des futurs acteurs judiciaires sur les avancées législatives nationales et internationales

Les futurs acteurs judiciaires recevront du 23 au 25 mai 2018 et du 28 au 30 mai prochain, des formations qui renforceront leurs capacités sur l’environnement juridique international et les évolutions législatives dans le droit national. L’ouverture de ces ateliers de formation a eu lieu, ce mercredi 23 mai 2018, à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) sous la présidence de Awalou Ouédraogo, Directeur général. Au total, 96 acteurs judiciaires prendront part à cette formation.

 

Ce sont des ateliers qui s’inscrivent dans la dynamique de renforcer les capacités des futurs acteurs judiciaires sur les avancées législatives, tant au niveau national qu’international. Ils permettront de faire le point de l’évolution du droit au niveau international, eu égard aux défis nouveaux comme le terrorisme, l’extrémisme violent, le blanchissement d’argent et les trafics divers, qui touchent les différents continents du monde.

 

Au cours de ces ateliers, les participants renforceront leurs capacités par des informations sur l’environnement juridique international et les évolutions législatives dans le droit national.

 

 

El Adj MBODJ, Assistant Technique au PA-PNJ

A travers ces ateliers, les participants se feront plus de connaissance sur l’environnement juridique international et les principaux textes internationaux pris pour faire face aux défis nouveaux, que sont le terrorisme, la traite des personnes, le blanchiment d’argent et la lutte contre la corruption. Ils pourront aussi constater les avancées législatives en droit interne, depuis ces cinq dernières années, ainsi que l’impact des différents textes sur le fonctionnement du pouvoir judiciaire et sur le renforcement de l’état de droit au Burkina Faso et dans la sous-région ouest-africaine.

 

Les ateliers se dérouleront pour le premier groupe, composé de 48 participants du 23 au 25 mai 2018, et pour le second du 28 au 30 mai 2018, composé également de 48 participants. Tous ces deux groupes sont constitués des apprenants des 2e année des auditeurs et greffiers en chef. Ces ateliers se dérouleront en plénière et en travaux de groupe, selon un chronogramme qui sera proposé par l’expert désigné pour la formation.

 

« L’environnement international judiciaire est très mouvant avec la lutte contre la corruption, le terrorisme, le blanchiment d’argent, etc. et l’on a considéré qu’il fallait que les futurs magistrats, ceux qui sont chargés d’appliquer la loi et les conventions internationales soient imprégnés de cette évolution », a fait savoir El Hadj MBODJ, assistant technique au Programme d’appui à la politique nationale de justice (PA-PNJ), lequel programme est financé par le 10e Fond européen de développement (FED) et scellé dans une convention signée en mars 2014, avec l’Union européenne.

Une vue des participants du groupe 1 à l’atelier

 

Pour Awalou Ouédraogo, DG de l’ENAM, la thématique qui sera traitée au cours de cette formation  « est une thématique qui est absolument pertinente, en ce sens qu’elle pose la question de l’impact de l’ordre international, que ce soit judiciaire ou conventionnel sur des aspects de droits internes burkinabè ». Il reste convaincu, que si les techniques des acteurs de la justice s’améliorent, cela aura aussi un impact positif sur la perception du système judiciaire par les populations.

 

Alida Dorcas TOURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *