Karaoké à la MACO : l’Ivoirien Nelson Ayébou vainqueur de la 1e édition

Le Centre pour la qualité du droit et la justice (CQDJ) a organisé au profit des pensionnaires de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) un karaoké. La finale de cette première édition qui s’est déroulée le mercredi 28 décembre 2016 a été marquée par la victoire de l’ivoirien Nelson Ayébou.

Avec 217 points sur 300 et une moyenne de 72, 33 c’est ce qui a suffit à Nelson Ayébou pour remporter le premier prix de la 1e édition du Karaoké. C’est donc avec émotion que le grand vainqueur s’est livré à la presse à la fin du concours. Modestement, il a salué l’esprit de fair-play et de gaieté qui a prévaut durant le concours. Il a tenu à rendre hommage à ses concurrents. D’après lui, le fait de n’avoir pas réussi à remporter le premier prix ne signifie pas qu’ils ne sont pas bons ou qu’ils n’ont pas le niveau. Loin de là a-t-il souligné car selon lui, le chalenge était séré. Il a tout simplement placé son succès sous le signe de la chance et plus d’envi à gagner. Il peut être heureux car en rapportant le premier prix, il remporte également une belle cagnotte. Grâce à la bonne volonté du parrain de cette 1e édition l’artiste Floby, les cinq finalistes de ce concours qui a débuté le 28 novembre 2016 pourront être auteurs d’un album. C’est un geste qui n’a pas laissé indifférent Nelson Ayébou. C’est en effet avec humilité qu’il a salué le geste de la star burkinabè. Il est important de rappeler que ce concours de chant a été organisé par le Centre pour la qualité du droit et la justice (CQDJ) en collaboration avec la cellule culturelle de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) au profit des pensionnaires de ladite maison. Il a pour objectif de favoriser la réinsertion sociale des détenus si on en croit la directrice de programme Pauline Seguelas. Elle confie que le CQDJ à travers cette activité entend participer à la prise de conscience sur la nécessité de légiférer et/ou faire appliquer les textes pour l’amélioration des conditions de détention ainsi que sur l’importance de la réinsertion sociale.

Par Alex SAWADOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *