«Koudougou sera la capitale du textile au Burkina Faso» Harouna Kaboré Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’Artisanat.  

Le comité d’organisation du Salon International du Coton et du Textile (SICOT) a donné une conférence de presse se vendredi 7 septembre 2018 à Koudougou pour annoncer la célébration de la filière coton qui se tiendra dans cette même ville du 27 au 29 septembre prochain.

C’est sous le thème : «La transformation intégrée du coton, facteur de création d’emplois et de richesse» que les acteurs de la filière coton se regrouperont autour du plus grand événement dédié au coton conventionnel et biologique du continent  dans la cité du cavalier rouge en fin septembre. Cette rencontre d’échange et de réflexion réunira plus 1000 participants venu de 25 pays différents. L’Allemagne sera le pays invité d’honneur en raison de la place qu’occupe ce pays dans le domaine textile.

Le SICOT a pour objectif de «Stimuler la transformation du coton en terre africaine» d’autant qu’elle accueillera selon le Ministre Harouna Kaboré «Des industriels et des financier, des partenaires techniques et financiers qui accompagnent le secteur cotonnier dans le développement». La cérémonie d’ouverture sera pour le 27 septembre 2018 placée sous le haut patronage de son excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré.

Une vue des participants à la conférence de presse

C’est dans le but de redonner au Burkina Faso sa place de choix dans le secteur du coton  qu’il a jadis perdu en raison de la mauvaise pluviométrie de 2017(le Burkina est passé de premier à deuxième  producteur africain de coton bio en 2017) et d’amener «le secteur du coton à participer activement au développement par la création d’emplois et de richesses» que le SICOT sera organisé.

C’est aussi pour faire du Burkina Faso le carrefour des grands événements et de la réflexion sur le développement industriel que se tiendra ce salon car pour le Ministre Harouna Kaboré: «Il faut promouvoir le secteur du coton et ne pas se limiter à la seule production et surtout, mettre l’accent sur la transformation». En effet, le Burkina produit 600 000 tonnes de coton par ans dont seuls les 200 000 tonnes sont transformées sur place. Il faut travailler à en transformer davantage affirme le Ministre. Il poursuit en affirmant que les burkinabè ont besoin qu’on leur «présente une gamme variée de produit» et c’ est pourquoi, au SICOT, il aura une exposition qui pourra inspirer les acteurs locaux. A cet effet, près de 80 entreprises exposeront leur savoir-faire aux visiteurs.

Avec un budget d’organisation d’environ 448 millions de F CFA, les organisateurs font toutes les promesses de réussite et de richesse en enseignement de l’événement. Avant de terminer son propos, le Ministre a invité tous les acteurs à s’impliquer afin que la toute première édition du SICOT soit une réussite totale.

 

Nourdine Conseibo

nconseibo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *