Prévention et gestion des conflits fonciers à Diapaga : la fondation Konrad Adenauer forme 25 membres

Du 09 et 10 mai 2019 se tient à Diapaga une session de formation à l’intention des acteurs en charge de gestion de la zone de pâture de Tanoï. Organisée par la Fondation Konrad Adenauer , cet atelier vise à renforcer l’accès équitable et sûr aux ressources et aux terres ainsi que les droits d’usage des terres pour les femmes.

Les difficultés d’accès des femmes à la terre au Burkina Faso, et même en Afrique, laisse apparaître qu’elles sont utilisatrices de la terre, mais, de façon générale, elles n’ont pas un accès égal à cette ressource au même titre que les hommes. Elles ont majoritairement des droits restreints et provisoires alors qu’elles constituent la main-d’œuvre par excellence dans le monde agricole.

Au cours de cette formation, 25 membres des comités de gestion (COGES) et des comités de surveillance de la zone locale de Tanoï verront leur capacité renforcer en ce qui concerne les dispositions de la zone de pâture et du foncier rural. Un point sera marqué également sur le rôle de chacune des deux structures à la gestion de la zone.

Le présidium composé du Coordonnateur de la fondation Konrad Adenauer Dramani Ouedraogo (gauche), Bepampo Ouoba, Secrétaire général de la province de la Tapoa (centre), consultant en droit public Kélguingalé ILLY (droite)

Selon le Coordonnateur de la fondation Konrad Adenauer Dramani Ouedraogo, à travers cette rencontre, nous boulons permettre aux membres de ces comités, aux coutumiers, aux religieux et aux femmes de savoir prévoir et gérer les conflits en lien avec le pastoralisme, la gestion des eaux et tout ce qui peut engendre des conflits liés au droit foncier.

La formation de ce jour a porté essentiellement sur trois communications. En ce qui concerne la première communication, elle a porté sur les innovations de la loi 034-2009 du 16 juin 2009 portant régime foncier rural.

Le consultant en droit public Kélguingalé ILLY, a relevé quelques innovations à savoir que contrairement aux anciens textes, désormais la terre appartient à trois personnes à savoir l’Etat, les collectivités territoriales et les particuliers. La deuxième communication a porté sur la présentation de la charte foncière locale inter-villageoise régissant la zone de pâture de Tanoï, et la troisième a abordé sur la prévention et la gestion des conflits fonciers.

Pour Bepampo Ouoba, Secrétaire général de la province de la Tapoa, représentant du Haut-commissaire, cet atelier de formation est le bienvenu parce qu’à l’issu, les participants pourront jouer leur rôle de surveillance et de gestion de la zone de pâture et des ressources naturelles qui sont d’ailleurs des sources de conflit potentiel.

Une vue des participants

Une fondation de droit allemand, KAS existe depuis 1955 et travaille au Burkina Faso depuis 26 ans et est présente dans 120 pays du monde. La Politique Nationale de Sécurisation Foncière en Milieu Rural (PNSFMR) adoptée en 2007, la loi N 034-2009 portant régime foncier rural et ses décrets d’application prioritaires respectivement en 2009 et 2010 passeront en revue au cours de ces deux jours de formation.

Lors de sa récente visite au pays des Hommes intègres, la chancelière allemande Angela Merkel a témoigné du soutien de l’Allemagne pour les différentes actions que la fondation et les autres structures mènent dans le cadre des projets « Un seul monde sans faim – Les droits fonciers  des femmes en Afrique de l’Ouest.

Natani TANKOANO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *