Recherche et innovation : Le FONRID finance 23 chercheurs

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MERSI), Pr. Alkassoum Maïga a présidé la cérémonie de remise des chèques aux porteurs des projets du Fonds national de la recherche et de l’innovation pour le développement (FONRID), le jeudi 1er février 2018 à Ouagadougou. Ce sont au total 23 porteurs de projets qui ont reçu le précieux sésame.

Mobiliser des ressources, les sécuriser et financer les activités de recherche et d’innovation. C’est la mission du Fonds national de la recherche et de l’innovation pour le développement (FONRID). Avec une enveloppe de 6 milliards 670 millions de francs CFA, il a de ce fait financé 23 projets de recherche. La cérémonie de remise des chèques aux porteurs desdits projets pour l’année 2017 a eu lieu le jeudi 1er février 2018 sous la présidence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MERSI), Pr. Alkassoum Maïga. Il s’agit en effet d’une cérémonie qui a couronné un long processus d’évaluation et de sélection de projets en compétition, 300 au total ; le 4e du genre au niveau du FONRID à en croire le directeur général Dr. Hamidou Tamboura. Il est revenu sur les critères de sélections des heureux lauréats que sont la pertinence, la qualité scientifique, la rationalité des coûts du budget, et la faisabilité. Ils sont 23 à bénéficier du financement du FONRID. Le fonds en les dotant du financement porte un espoir sur eux quant à leur sérieux pour la réussite des projets pour lesquels ils ont été sélectionnés. C’est la raison pour laquelle Dr. Hamidou Tamboura les a invités à conduire le travail selon leur chronogramme proposé tout en respectant la procédure de la dépense publique et en ayant comme seule boussole la production à terme des résultats tangibles attendus de leurs projets. Le patron de la cérémonie, le ministre en charge de la recherche scientifique et de l’innovation, Pr. Alkassoum Maïga va emboîter ses pas. Il va déclarer : « Je voudrais exhorter ceux qui ont été éligibles et qui ont bénéficié des appuis, de faire des efforts pour relever le défi et être au rendez-vous de la satisfaction pour les attentes de nos partenaires ». Il leur a rappelé que les chèques ne sont pas une prime qui leur a été accordée pour qu’ils aillent s’installer confortablement dans un bureau. « C’est un fond qu’on vous donne pour relever des défis et pour montrer vos capacités à faire respecter la recherche de l’enseignement supérieur » a-t-il soutenu. Pour cela le ministre a invité les lauréats à faire preuve d’engagement, de rigueur au travail, qu’ils fassent preuve de déontologie et d’éthique. C’est le secret pour parvenir à des résultats probants a-t-il indiqué. Si le Pr. Alkassoum Maïga insiste sur ce fait, c’est parce qu’il est convaincu que la réussite des projets financés va permettre la mobilisation de plus de fond qui sera nécessaire pour le financement d’autres projets. Il déclare à cet effet : « Plus vous aurez de résultats, et mieux on sera écouté pour mobiliser des ressources et organiser la compétition pour d’autres chercheures ». Dans cette dynamique, il a émis le souhait selon lequel la prochaine rencontre qui sera organisée soit une rencontre pour rendre compte aux partenaires de ce qui a été fait des ressources et des résultats obtenus. Il y tient, car « c’est en rendant compte que nous allons amener nos partenaires à s’engager encore plus » a-t-il signifié aux lauréats. Il sera rassuré par le directeur général du FONRID, Dr Hamidou Tamboua qui va déclarer : « Pour notre part, je puis vous assurer que la redevabilité et la transparence demeureront nos lignes directrices dans le suivi des projets ».

Les partenaires dont parle ici le patron de la cérémonie sont l’ambassade de France et Water Aid qui aussi ont pris part à la cérémonie. Ses mots à l’endroit de ces derniers furent : « Je sais que vous attendez que les maçons dressent des mures droits et qu’ils fassent un bon crépissage pour que vous puissiez vous engagez encore plus ». C’est donc tout confiant qu’il a rassuré les partenaires en leur confiant qu’il ne doute pas un seul instant que les chercheurs qui ont reçu les chèques soient à la hauteurs et qu’ils peuvent effectivement leur donner satisfaction en matière de recherche de financement pour alimenter le FONRID. La lauréate Fanta Traoré va le conforter dans ses propos. Etudiante stagiaire à l’Institut internationale de l’eau et de l’environnement (2IE), elle est bénéficiaire du financement d’un projet à hauteur de 10 millions de francs CFA.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *