Alerte précoce et de réponse aux risques sécuritaires : Le Conseil d’orientation et de suivi du mécanisme national tient sa première session

Le jeudi 8 août 2019 à Ouagadougou, s’est tenue la première session ordinaire du Conseil d’orientation et de suivi du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse aux risques sécuritaires du Burkina Faso. Présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, il rappelle que les travaux de la session permettront aux participants d’examiner le travail accompli par le Conseil afin de lui donner les orientations nécessaires pour plus d’efficacité dans l’exécution des missions qui lui sont confiées.

Le Conseil d’orientation et de suivi du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse aux risques sécuritaires du Burkina Faso depuis sa création le 8 février 2018, ne s’est jamais réuni. Au regard du défi sécuritaire actuels auquel est confronté le Burkina Faso, il était temps d’examiner le travail accompli par cette structure afin de lui donner les orientations nécessaires pour plus d’efficacité dans l’exécution des missions qui lui sont assignées. C’est l’objectif de session qui s’est tenue ce jeudi 8 août 2019 à la primature sous la présidence du Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré. Rappelant qu’aucun pays ne peut se développer sans sécurité et sans une paix durable, il confie que ce dispositif de prévention qui porte notamment sur la sécurité humaine vise à mettre à la disposition des spécialistes de la sécurité, des rapports sur les tendances et les incidents relatifs à la paix et à la sécurité humaine. Il explique qu’à cela s’ajoute des options d’interventions en temps réel à titre préventif, afin d’assurer la prévisibilité des conflits et de faciliter les interventions visant à retourner, aplanir ou désamorcer les situations aigües de conflit, d’instabilité, de troubles ou de catastrophes. Parlant de la rencontre, la vice-présidente de la Commission de la CEDEAO, Finda Koroma dit être convaincue qu’elle permettra de renforcer les relations entre le Centre et les différentes structures en charge de la sécurité des populations et d’accroitre son efficacité dans la prévention des différentes crises.
D’après le chef du gouvernement, le Conseil d’orientation et de suivi qui est placé sous son autorité est l’organe d’orientation, de suivi et de contrôle du mécanisme. Selon ses explications, il examine et approuve les propositions du mécanisme et autorise la diffusion des alertes et des propositions de réponses. Pour donc le patron, au regard des attributions dudit Conseil, son opérationnalisation devrait permettre au Burkina Faso d’optimiser le fonctionnement de son mécanisme d’alerte précoce et d’avoir un outil d’aide à la décision en matière de sécurité humaine et de promotion de la paix dans l’espace CEDEAO.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *