CHR de Ziniaré : des entreprises sous-traitantes de la CGE crient au scandale

Un « abus de confiance » opposerait des entrepreneurs sous-traitant de la Compagnie Générale des Entreprises (CGE) avec cette compagnie. Des entrepreneurs sous- traitants de la CGE dans la construction du CHR de Ziniaré ont rencontré la presse ce mardi 18 septembre 2018 pour exposer les problèmes qui les opposent avec cette compagnie.

La coalition des entrepreneurs projet de construction sous- traitantes de la construction  du CHR de Ziniaré disent être arnaqués par la compagnie CGE. C’est par la voix de leur porte-parole Koala Dieudonné que les entrepreneurs ont exposé un certain nombre de faits dont la compagnie se serait rendue coupable entravant ainsi le déroulement judicieux et l’exécution des marchés à eux confiés.

A en croire les entrepreneurs, la CGE leur a confié des marchés de BTP avec contrat et devis à l’appui sans les plans. Au cours de l’exécution des travaux, les plans n’étaient pas conformes aux devis. Cette situation a amené les entrepreneurs à endosser des dépenses qui ne sont pas prises en compte par les devis. En exemple, le volume des poteaux sur les plans dépassait le volume donné dans le devis. Aussi, les conférenciers disent que la CGE refusait de débloquer des fonds pour les accompagner dans leurs travaux quand ils étaient à cours de moyens financiers. C’est suite à cela qu’ils ont été obligés d’arrêter les chantiers. Il s’en est suivi donc d’une résiliation unilatérale des contrats. Les chantiers connaissaient en ce moment un niveau d’exécution important. Selon Yanogo Aristide de (YCA),  c’est après donc que les bâtiments ont été exécutés que la compagnie les convie pour résilier leurs contrats.

Les conférenciers du jour disent avoir pris des engagements auprès de banquiers et de fournisseurs pour exécuter les marchés. Ils disent avoir travaillé sans un sous de la CGE. Pour Hamado Ouedraogo, PDG de CBCCG, ils ont contracté des prêts pour effectuer les travaux que la CGE leur a confiés. Nous avons hypothéqué l’avenir de nos familles pour exécuter ce marché dit- il, comment, la CGE peut- elle résilier nos contrats du jour au lendemain?

Pour eux, c’est claire, la CGE a abusée de leur confiance et c’est scandaleux. Ils se sont engagés naïvement sans se douter qu’ils s’entrainaient dans un traquenard dont l’issus allaient leur coûter leur avenir et celle de leurs familles.

Certains membres de la coalition disent avoir engagé des procédures judiciaires qui n’ont pas connues de suite. C’est pourquoi ils demandent aux autorités compétentes de se saisir de cette affaire afin qu’ils puissent être rétablis dans leurs droits.

 

Nourdine CONSEIBO

nconseibo@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *