Circulation des véhicules poids lourds dans la ville de Ouagadougou : Ils étaient quelques dizaines à avoir manifesté

Sur initiative du conseiller municipal de l’arrondissement 2 de la ville de Ouagadougou, Constant Yiyé Bazié, par ailleurs président de la commission environnement et développement local, ils étaient quelques dizaines à se rassembler à la Place de la Nation le samedi 11 mai 2019 pour manifester contre la circulation des véhicules poids lourds dans la ville de Ouagadougou. Ils ont exigé l’application des textes encadrant la circulation et le stationnement desdits véhicules dans la capitale par le Conseil municipal de Ouagadougou.

 

Il faut recadrer la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds dans la capitale burkinabè, c’est ce qui a motivé les hommes et femmes qui ont pris d’assaut la Place de la Nation ce samedi 11 mai 2019. Ils étaient quelques dizaines avoir répondu à l’appel du conseiller municipal de l’arrondissement 2 de la ville de Ouagadougou, Constant Yiyé Bazié, par ailleurs président de la commission environnement et développement local. Par cette initiative, il veut contraindre le Conseil municipal de la ville de Ouagadougou à être exigeant dans l’application des textes comme il le confirme. Il fustige le non-respect de la loi encadrant la circulation de ces véhicules et pense que les autorités communales doivent prendre les mesures nécessaires pour son application. Au regard des accidents causés par ces engins, les morts qui sont à leur actif, le conseiller municipal estime qu’il est impératif de faire appliquer cette loi. Il sera soutenu par le Président de l’association de Lutte contre la violence et l’insécurité routière (LVIR), Rasmané Nikiéma qui déclare : « trop c’est trop ». Comme Constant Yiyé Bazié, il estime qu’il faut faire appliquer la loi pour la paix au Burkina. Il a alors invité le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, le directeur général de la police à prendre leur responsabilité dans l’intérêt des populations de Ouagadougou.


Il faut le dire, l’initiative du conseiller municipal de l’arrondissement 2 de la ville de Ouagadougou, Constant Yiyé Bazié est à saluer. Le regret est que l’appel de l’élu local à sortir massivement pour se faire entendre, n’a pas connu un grand succès. L’on s’attendait à voir un monde fou rassemblé à la Place de la nation, ce qui ne fut pas le cas. Ils étaient en effet seulement quelques dizaines à avoir répondu à l’appel. Il s’agit là d’une situation qui n’étonne pas le président de la commission environnement et développement local qui confie que depuis son appel à se mobiliser pour manifester, des individus qu’il n’a pas mentionnés, ont entrepris une vraie campagne de démobilisation. Rasmané Nikiéma, qui dit être membre et fondateur de la Fédération des associations de promotion de sécurité routière (FAPSR), lui donnera raison quand il affirme que des responsables d’associations intervenant dans la lutte contre l’insécurité routière lui ont fait comprendre qu’ils ont été saisis par les autorités qui lui ont demandé de ne pas prendre part à la manifestation sous prétexte qu’un décret a été déjà été pris pour recadrer la circulation des camions dans la capitale. Pour sa part, il regrette l’absence desdits responsables à la manifestation et estime qu’ils devaient manifester afin de mettre la pression sur les autorités communales pour l’application effective dudit décret. Loin d’être découragé, Constant Yiyé Bazié dit que cela l’encourage à s’engager encore plus dans ce combat. Il souligne que l’acte posé par le camp d’en face lui prouve que le combat qu’il mène est noble. Cependant, il tient à rappeler que si jamais un citoyen perd la vie à cause d’un camion, les responsables seront ceux qui ont œuvré au boycott de la manifestation.
Pour sa part, le nombre des manifestants n’est pas aussi important, mais l’engagement et la volonté de ceux qui veulent un vrai changement.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *